Cet article date de plus de trois ans.

INFO FRANCE BLEU. Metz : des surveillants de prison accusés d'être complices de violences contre des détenus

Neuf détenus ont porté plainte contre X, selon les informations de France Bleu Lorraine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maison d'arrêt de Metz-Queuleu, en Moselle. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Neuf détenus accusent des surveillants de la prison de Metz, en Moselle, de s'être rendus complices de violences à leur encontre et portent plainte contre X, rapporte lundi 22 octobre France Bleu Lorraine. Selon eux, les gardiens ont ouvert la porte de leur cellule pour permettre à d'autres détenus d'y pénétrer et de les frapper violemment. Les faits se seraient déroulés au cours de l'année 2018.

Tous les détenus agressés ont en commun le fait d'être en détention pour des affaires de mœurs, viol ou agression sexuelle. Ils sont surnommés "les pointeurs" et malmenés par les autres détenus. L'un d'eux, agressé fin mai, n'ose plus sortir de sa cellule, ni pour aller en promenade, ni à la douche, a indiqué à France Bleu Lorraine son avocate.

Information judiciaire

Une enquête préliminaire pour violences aggravées, ouverte par le procureur de la République de Metz, se poursuit désormais avec un juge d'instruction. De son côté, le directeur interrégional des services pénitentiaires du Grand Est compte attendre la fin de l'enquête judiciaire pour lancer, éventuellement, une enquête administrative. Dans son rapport annuel publié en mars dernier, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté a dénoncé un recul important des droits fondamentaux en prison, notamment le droit à la sécurité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prisons

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.