Hérault : des détenus ouvrent une cagnotte pour soutenir un surveillant qui vient de perdre sa femme

L'initiative, assez inédite en prison, s'est faite avec l'accord de la direction de l'établissement.

L\'entrée de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l\'Hérault, le 3 février 2010.
L'entrée de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l'Hérault, le 3 février 2010. (JEAN MICHEL MART / MAXPPP)

Etienne, un surveillant de 55 ans père de quatre enfants en bas âge, a brutalement perdu sa femme la semaine dernière. Une nouvelle qui a touché les détenus de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) qu'il surveille depuis plus de 30 ans. Ces derniers lui ont d'abord écrit une lettre pour lui témoigner leur sympathie. Ils ont ensuite décidé de créer une cagnotte alimentée par leurs deniers personnels. Une initiative assez inédite en prison qui s'est faite avec l'accord de la direction de cet établissement, qui compte plus de 800 détenus. 

En 24 ans d'ancienneté, c'est la première fois que je suis confronté à ce style d'opération émanant de détenus.Grégory Jalade
secrétaire interrégional du syndicat FO
à franceinfo

Présent aux obsèques de la femme de son collègue, Grégory Jalade n'a appris l'existence de cette cagnotte que jeudi 21 mars. "On a coutume de dénoncer - à juste titre - les agressions que subissent les personnels pénitentiaires, mais nous nous devons aussi de souligner les comportements positifs des personnes détenues lorsque celles-ci montrent de la reconnaissance envers les personnels pénitentiaires", a estimé le secrétaire interrégional du syndicat FO dans la région.

"Nous côtoyons des personnes détenues pendant des années et des années, cela crée des liens qu'on le veuille ou qu'on ne le veuille pas", a poursuivi le syndicaliste. "Par cette opération-là, on voit qu'Etienne bénéficie de beaucoup de sympathie de la part de la grande majorité des détenus. C'est quelqu'un de très respectueux et de très respecté dans ses pratiques professionnelles. C'est quelque chose qui me fait extrêmement plaisir pour lui qui vit des moments difficiles", a conclu Grégory Jalade.