Condé-sur-Sarthe : les surveillants réclament des moyens supplémentaires face aux détenus les plus dangereux de France

Mardi 11 juin, un détenu de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) a retenu en otage deux surveillants. Le personnel de l'établissement a dû faire face à un autre incident ces derniers mois.

FRANCE 2

L'ambiance est morose devant la prison de Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne, mercredi 12 juin. Au lendemain de la prise d'otages, une cinquantaine de surveillants ont refusé de reprendre leur poste. "Le directeur de l'établissement s'est entretenu avec eux à plusieurs reprises (...) pour les assurer de son soutien. L'occasion pour les gardiens de lui rappeler des promesses non tenues", rapporte le journaliste de France 2 Olivier Feniet sur place.

Pas assez de places à l'isolement

À la suite d'une autre agression en mars dernier dans le même établissement, les surveillants avaient demandé un meilleur équipement à leur hiérarchie. Selon certains, le preneur d'otages aurait dû être maintenu à l'isolement comme c'était le cas à son arrivée, mais les places étaient trop limitées. La prison de Condé-sur-Sarthe, une des plus sécurisées d’Europe, accueille les détenus les plus dangereux de France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, le 6 mars 2019.
Le centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, le 6 mars 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)