Cet article date de plus d'un an.

"Cette infraction porte atteinte à l’exercice des droits de la défense" : une avocate se fait fouiller son sac devant sa cliente au centre de rétention de Lyon

Le Bâtonnier du Rhône a aussitôt alerté le Procureur de la République de cette infraction dont il s'agirait d'une première en France d’après l’ordre des avocats de Lyon.

Article rédigé par
Avec France Bleu Hérault - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le centre de rétention administratif de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry (Rhône), le 28 juillet 2011. (JEGAT MAXIME / MAXPPP)

Une avocate biterroise qui s'entretenait avec une cliente dans une salle d'audition du centre de rétention administrative de Lyon Saint Exupéry s'est fait fouiller son sac, rapporte France Bleu Hérault, samedi 27 juillet. Dix minutes après le début de l'entretien, deux policiers ont fait irruption dans la pièce et ont fouillé les affaires de Me Séraphine Gonzalez sans son autorisation. Elle en a référé au Bâtonnier du Rhône, Me Fader Hamel qui dénonce "une fouille inacceptable et humiliante pour l'avocate". Les faits se sont produits jeudi. Une enquête est ouverte par le parquet de Lyon.

Le Bâtonnier du Rhône a aussitôt alerté le Procureur de la République de cette infraction assez rare. Il s'agirait d'une première en France d’après l’ordre des avocats de Lyon. "Cette infraction porte atteinte à l’exercice des droits de la défense et au respect professionnel de l’avocat, indépendamment du caractère humiliant de cette situation", alerte Maître Fader Hamel sur France Bleu Hérault.

En aucun cas, des policiers ne peuvent pénétrer dans une salle d’entretien en raison de sa confidentialité. Ces entretiens se déroulent dans la plus stricte intimité afin de respecter le droit de la défense et le secret professionnel. Le parquet a demandé le visionnage des images de la caméra de vidéosurveillance installée dans cette salle d’entretien afin de déterminer les circonstances de cette fouille. L’enquête déterminera si les policiers ont outrepassé leurs droits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.