VRAI OU FAKE Ces photos diffusées sur Facebook montrent-elles vraiment des unités de vie familiale en prison ?

Le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) de Lille-Annoeullin a publié des photos d'unités de vie familiale "tout confort", quelques heures après l'attaque dans la prison de Condé-sur-Sarthe, mardi. Des images partagées plus de 4 000 fois en deux jours.

Capture d\'écran de photos d\'unités de vie familiale diffusées par le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) de Lille-Annoeullin sur Facebook.
Capture d'écran de photos d'unités de vie familiale diffusées par le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) de Lille-Annoeullin sur Facebook. (LA MONTAGNE / L'EST REPUBLICAIN)

Les prisons françaises sont sous tension. Jeudi 7 mars, la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) a été de nouveau bloquée par des surveillants. Une gronde qui fait suite à l'agression de deux surveillants, poignardés par un détenu radicalisé, mardi. L'attaque s'est déroulée au sein de l'unité de vie familiale (UVF) de l'établissement pénitentiaire. De quoi relancer le débat sur ces espaces, ouverts à certains détenus pour une durée limitée.

Le jour même de la violente attaque, le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) de Lille-Annoeullin a publié, sur sa page Facebook, trois photos d'unités de vie familiale. "Voilà comment la France traite les ennemis de la nation, Unité de vie familiale tout confort. Stop, il est grand temps de faire machine arrière", commente la section syndicale. Une publication qui a fait réagir de nombreux internautes et a été partagée plus de 4 000 fois en deux jours.

Sur ces images, on voit des appartements neufs, entièrement équipés, avec une terrasse. De quoi semer le doute chez certains internautes. Un lecteur nous a ainsi contactés pour vérifier l'authenticité de ces photos. "Sur Facebook, cette page montre des unités de vie vraiment confortables : c'est aussi beau dans la réalité, s'il vous plaît ?", nous interroge-t-il.

Des unités de vie existantes

Ces images correspondent bien à des unités de vie familiale existantes. Les deux premières ont été prises au centre pénitentiaire de Riom (Puy-de-Dôme), lors de l'inauguration de ces nouveaux locaux en 2015, et publiées dans le quotidien La Montagne. La troisième photo, publiée dans L'Est républicain, montre aussi une unité de vie familiale, située cette fois dans le centre de détention de Montmédy (Meuse), en 2014. Ces unités ont été créées à partir de 2003 et sont au nombre d'une cinquantaine dans toute la France.

"Dans chaque établissement, c'est à peu près la même chose. On a fait avec les photos qu'on a trouvées", explique Melika, surveillante à Annoeullin (Nord), à franceinfo. Elle indique que c'est bien un membre du bureau local du syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) qui a rédigé la publication. "Il y a très peu de gens qui connaissent l'existence de ces espaces, on le voit dans les commentaires", explique-t-elle.

En effet, sous cette publication, les internautes expriment leur surprise... et leur colère. "Quelle magnifique punition pour eux", lance un internaute. "Je travaille pour des personnes âgées, je suis choquée de voir que des détenus ont droit à tant de confort", renchérit une autre. Une réaction qui rappelle celle de Nicolas Bihan, secrétaire national adjoint du SPS, lors de son arrivée au centre pénitentiaire de Liancourt (Oise), en 2007. "Quand j'ai comparé avec le petit studio dans lequel je vivais, je suis tombé par terre. On se rend compte que l'administration ne fait pas beaucoup d'efforts pour le personnel", raconte le surveillant à franceinfo.

"C'est validé un peu facilement"

Ces unités ont été conçues "pour favoriser la responsabilisation de la personne détenue dans l'accueil de ses visiteurs, au regard, notamment, des conditions de restauration", précise le site du ministère. Leur accès est placé sous plusieurs conditions, avec entretiens préalables et recommandation de la commission pluridisciplinaire unique (CPU). Les détenus peuvent ensuite y passer de 6 à 72 heures avec leurs proches et sont soumis à des contrôles réguliers.

Une situation qui a bien évolué, selon le syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS). "A l'origine, c'était pour des détenus qui s'étaient bien comportés, afin de faire un semblant de vie commune. Mais aujourd'hui, dès qu'il y a des demandes, c'est validé un peu facilement, dénonce Nicolas Bihan. On cherche à leur apporter un maximum et l'argent est utilisé dans le mauvais sens." Depuis l'agression dans une unité de vie familiale, les surveillants réclament une revalorisation de leur statut.