Cet article date de plus de deux ans.

Scandale dans les Ehpad Orpea : en 2019, l'ARS Île-de-France pointait déjà "des dysfonctionnements"

Dans un rapport datant de 2019, cette Agence régionale de santé constatait "des dynsfonctionnements" dans l'organisation et le fonctionnement d'un Ehpad de Neuilly-sur-Seine, mais pas de maltraitance.

Article rédigé par Jérôme Jadot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un résident d'un Ehpad du groupe Orpea, en Bourgogne, le 2 février 2022. Photo d'illustration. (KETTY BEYONDAS / MAXPPP)

Des "dysfonctionnements" mais pas de maltraitance. En 2019, après plusieurs signalements pour des soupçons de maltraitance, l'Agence Régionale de Santé d'Île-de-France remettait un rapport sur l'Ehpad Résidence Les Bords de Seine de Neuilly-sur-Seine géré par Orpea. Un établissement ciblé par des accusations de maltraitance des personnes âgées dans le livre Les Fossoyeurs il y a 15 jours.

>> "Que le patient soit d'accord ou pas, qu'il paye plus cher" : Clinea, une filiale du groupe Orpea, accusée de maltraitances à son tour

Dans ce rapport que franceinfo a pu consulter, l'ARS explique que la mission d'inspection menée en juillet 2018 "n’a pas permis d’établir d’actes de maltraitance" envers ces résidents, l'ARS a néanmoins "constaté des dysfonctionnements" dans l'organisation et le fonctionnement de l'Ehpad. Il déplore notamment une "instabilité de la gouvernance" de l'établissement de Neuilly-sur-Seine qui a connu quatre directeurs successifs entre octobre 2014 et octobre 2017. Il relève également un "turn-over important" des personnels soignants et une "absence de dispositif d’encadrement et d’intégration des nouveaux salariés, stagiaires et intérimaires". Selon l'ARS, cela "ne permet pas d’envisager une intégration progressive du nouvel arrivant avec une formation en binôme."

Défauts de prise en charge et d'accompagnement

Autre problème constaté, celui de la prise en charge. Pour l'un des patients, elle souligne que son état de santé "ne correspondait pas aux critères d'admission" de l'Ehpad qui n'avait "pas les moyens (vocation) de prendre en charge ce type de pathologie". Sa prise en charge n'a donc "pas été optimale". L'établissement a cependant mis en place un conseil de vie sociale où les familles et les résidents peuvent venir exprimer leur ressenti, afin de prévenir les maltraitances.

Selon le rapport de l'ARS, l'établissement n'applique pas non plus de "procédure d'admissions" des résidents clairement établie, et la phase de préadmission "n'est pas conforme aux bonnes pratiques". L'accompagnement des personnes âgées est aussi pointé du doigt. Les projets personnalisés d'accompagnement manquent "d'actualisation" et "ne respectent pas les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS)". Le rapport déplore encore que les recommandations de la HAS sur le suivi nutritionnel des résidents "ne sont pas respectées pour tous les résidents."

Face aux "défauts" de transmissions, de soins et de coordination constatés "dans un certain nombre de situations" à l'Ehpad de Neuilly-sur-Seine, le rapport de l'ARS demande d'y "apporter les améliorations indispensables à la prise en charge de qualité des résidents". L’établissement doit également "entreprendre des efforts concernant l’actualisation des projets personnalisés des résidents, veiller à l’encadrement des nouveaux salariés ainsi que l’encadrement de l’intervention des dames de compagnies dans un contexte de turn-over important du personnel."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.