Ehpad de Lherm : "L'ensemble des repas ont été préparés sur place", assure l'Agence régionale de santé

Cinq personnes sont décédées après le dîner dimanche dans un Ehpad à Lherm, près de Toulouse, après une possible intoxication alimentaire. L'Agence régionale de santé d'Occitanie estime qu'il n'y avait pas de "suspicion particulière".

L\'entrée de l\'Ephad \"La Cheneraie\" à Lherm le 1er avril 2019.
L'entrée de l'Ephad "La Cheneraie" à Lherm le 1er avril 2019. (ERIC CABANIS / AFP)

"D'après toutes les informations que j'ai – ce sera vérifié dans le cadre de l'enquête – l'ensemble des repas ont été préparés sur place", a précisé Pierre Ricordeau, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Occitanie, mardi 2 avril sur franceinfo. Cinq résidents de l'Ehphad La Chêneraie de Lherm (Haute-Garonne) sont morts, probablement des suites d'une intoxication alimentaire après le repas de dimanche soir.

Selon les responsables de l'établissement, tous les repas étaient préparés sur place, par des cuisiniers, ce que démentent certaines familles qui ont témoigné sur franceinfo et parlent, elles, de plats mixés livrés. "Nous démentons formellement" que les repas sont préparés par une cuisine extérieure et "nous confirmons que tous les plats servis aux résidents de la Chêneraie sont cuisinés sur place par le chef cuisinier et son équipe", a assuré le groupe Korian dans un communiqué.

"Il y avait eu des contrôles règlementaires faits par des prestataires, le dernier au mois de février, ils n'avaient pas donné lieu à suspicion particulière", a ajouté le directeur général de l'ARS d'Occitanie.

12 résidents de l'Ehpad La Chêneraie, à Lherm (Haute-Garonne) sont encore hospitalisés mardi, a confirmé Pierre Ricordeau. Ils ont été transportés à l'hôpital dans la nuit de dimanche à lundi. "Leur pronostic vital n'est pas engagé, a précisé Pierre Ricordeau, mais ce sont des personnes âgées ou très âgées, il est donc important que la surveillance hospitalière se poursuive."

L'effectif habituel d'un Ehpad, "pas dimensionné pour prendre en charge ce type d'événement"

Pour le directeur général de l'ARS Occitanie, "il est trop tôt pour donner des réponses sur les causes précises [du décès des résidents], l'enquête judiciaire le dira." Mais selon lui, "il n'y a pas de lien direct entre la question des effectifs et l'intervention de cette intoxication alimentaire."

"Quand un Ehpad est confronté à un événement de cette gravité, poursuit-il, une situation dramatique et exceptionnelle, bien entendu, avoir plus d'effectifs permettrait de mieux prendre en compte la situation. L'effectif habituel d'un ehpad évidemment, n'est pas dimensionné pour prendre en charge ce type d'événement".

Pierre Ricordeau accompagnera Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, qui doit se rendre à Lherm dans la journée de mardi pour faire le point sur la situation, rencontrer les résidents et le personnel de l'Ehpad La Chêneraie.