Présidentielle 2017 : le PS approuve l'organisation d'une primaire

Le Conseil national du Parti socialiste a décidé à l'unanimité, ce samedi, d'organiser une primaire pour désigner son candidat à la présidentielle en 2017.

(Jean Christophe Cambadelis, Claude Bartolone arrivent au Conseil national du Parti Socialiste samedi © Maxppp)

Le Conseil national du Parti socialiste a approuvé ce samedi, à l'unanimité, l'organisation d'une primaire à gauche pour désigner son candidat à la présidentielle en 2017.

Une primaire ouverte "aux acteurs de la Belle Alliance populaire" qui  regroupe le PS, le Parti Radical de Gauche, les écologistes pro-gouvernement. Une primaire ouverte aussi "à tous ceux qui soutiendraient la démarche". 

Les dates retenues pour organiser ces primaires sont les 22 et 29 janvier prochains, selon le texte soumis au parlement du parti. La date d'ouverture des candidatures est fixée au 1er décembre et leur clôture au 15 décembre. 

"On ne s'improvise pas candidat "

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, a proposé l'organisation d'une primaire. Il a tenu une conférence de presse à l'issue de la décision du Conseil national de son parti.  

Le Parti communiste et les Verts persistent à ne pas vouloir faire une primaire de toute la gauche, nous allons organiser une primaire ouverte aux acteurs de la Belle Alliance populaire pour trouver celui qui nous représentera lors de la prochaine présidentielle. On ne s'improvise pas candidat, il faut être capable d'incarner la France, je pense que François Hollande a les qualités, s'il souhaite s'y soumettre " 

Jean-Christophe Cambadélis, le n°1 du PS, annonce l'organisation d'une primaire
--'--
--'--

A l'heure actuelle, la seule socialiste candidate  est Marie Noelle Lienemann. Une frondeuse, pas vraiment pro-gouvernement donc. 

"C'est une bonne avancée (...) On vit une crise politique majeure qui exige d'avoir un candidat de la gauche capable de rassembler "

Marie Noelle Lienemann
--'--
--'--

Un coup de pression sur les autres formations de gauche, pour qu'elles participent à cette primaire, espère le député frondeur Jérôme Guedj, membre du Bureau national du PS. 

Le député socialiste frondeur Jérôme Guedj
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►Primaire à gauche : "Peut-être la dernière chance qu'il y ait un candidat de la gauche au second tour en 2017" 

Primaire à gauche : les radicaux ne veulent pas d'un "simulacre" (Sylvia Pinel)

(©)