Première condamnation pour racisme anti-blanc

Pour la première fois, un homme a été condamné pour racisme anti-blanc. Lors d'une violente agression sur un quai de RER, à la gare du Nord, à Paris, en Septembre 2010, un jeune homme avait été battu et également victime d'insultes racistes. En première instance, cet élément n'avait pas été retenu. En appel, les juges ont estimé qu'il s'agissait d'une circonstance aggravante.

(Maxppp)

"Sale blanc,
sale français
". C'est ce que, Terrence, vendeur de vêtement d'une
vingtaine d'années dit avoir entendu ce matin-là alors qu'il se faisait rouer
de coups par deux jeunes alcoolisés. Des agents de la RATP assurent avoir eux
aussi entendu ces insultes. Un seul des deux agresseurs a été arrêté, jugé et
condamné à quatre ans de prison dont trois ans ferme.

Le
caractère raciste de l'agression était clair

Pour la cour d'appel de Reims, le
caractère raciste de l'agression était clair. Me Mario Stasi, l'avocat de la ligue
contre le racisme et l'antisémitisme, partie civile dans ce dossier, reconnaît
que certes ce racisme est moins discriminant que d'autres mais selon lui, il
doit être tout autant combattu. Pour cet avocat,
peu importe la couleur de peau de la victime, le racisme doit être condamné.

Le jeune jugé pour agression anti-blanc est lui même blanc

Ce qui peut étonner
dans ce dossier, c'est que le jeune jugé pour agression anti-blanc est lui même blanc. C'est son complice métis, qui n'a pas été arrêté, qui aurait proféré les insultes.

"J'ai peur que
la décision soit surtout une prise de position pour expliquer que le racisme
anti-blanc existe plus que pour juger une affaire"
regrette Me Etrillard, l'avocat du jeune homme condamné. Et cette affaire
devrait refaire parler d'elle puisque l'avocat de la défense se pourvoit en
cassation.