Pour lutter contre la mendicité, la ville de Besançon interdit de s'asseoir ou de s'allonger dans la rue

Un arrêté précise que "les regroupements ainsi que la station assise ou allongée, lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique, sont interdits".

La rue des Granges, dans le centre-ville de Besançon (Doubs), le 13 août 2018.
La rue des Granges, dans le centre-ville de Besançon (Doubs), le 13 août 2018. (MAXPPP)

Le but est de "faire disparaître les incivilités". Le maire de Besançon (Doubs), Jean-Louis Fousseret, a pris un arrêté municipal interdisant la "mendicité accompagnée ou non d'animaux" et aussi "la consommation d'alcool, les regroupements et la station assise ou allongée", entravant la circulation publique, indique L'Est républicain, jeudi 16 août 2018.

L'arrêté, pris le 3 juillet, est entré en vigueur le 9 juillet. Il est valable jusqu'au 30 septembre, du lundi au samedi, de 10 heures à 20 heures. Il sera de nouveau valable durant les fêtes de fin d'année, du 23 novembre au 31 décembre, aux mêmes horaires. La mesure s'applique à la Grande-rue, la rue des Granges, la place Pasteur, la place du Huit-Septembre, le pont Battant et la rue Battant, le quai de Strasbourg, la place Jouffroy-d’Abbans et la rue Champrond. Toute infraction à cet arrêté est passible d’une amende de 38 euros. 

"Nous avons pris cet arrêté à la suite de nos propres observations, a précisé le maire, face "à la recrudescence dans certaines rues, places et lieux publics de personnes se livrant à la mendicité souvent de manière agressive." Depuis la mise en place de cet arrêté, des associations d'accueil et de réinsertion sociale ont saisi la justice administrative pour demander son annulation, reprend L'Est républicain. "Nous sommes fiers de la tradition sociale de Besançon mais nous ne laisserons pas faire n’importe quoi", rétorque le maire.