Cet article date de plus de neuf ans.

Politique de la ville : "l'Etat est de retour dans les quartiers", promet Ayrault

Le Premier ministre a présidé mardi matin un Comité interministériel des Villes - 20 ministres à Matignon - pour valider les 27 mesures préparées depuis plusieurs mois par le ministre du secteur. Pour cause de crise, les crédits seront concentrés sur un millier de quartiers prioritaires, contre 2.500 aujourd'hui.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Un tiers des habitants sous le seuil de pauvreté, un taux de chômage de 22,7%, et un quart des jeunes en échec scolaire : la banlieue concentre les difficultés. Et les inégalités " ont recommencé à s'accroître depuis une dizaine d'années " , a souligné Jean-Marc Ayrault.

Le Premier ministre a présidé mardi matin à Matignon un Comité interministériel des Villes - 20 ministres pour faire le point sur les aides à la banlieue. A l'issue de la réunion, il a assuré : " L'Etat est de retour dans les quartiers. L'Etat républicain est de retour, celui de l'égalité " .

Un millier de quartiers prioritaires

Comment ? Sûrement pas en déversant de l'argent à flots... C'est la crise pour tout le monde. Pour éviter le saupoudrage, il n'y aura plus qu'un millier de quartiers prioritaires, contre 2.500 aujourd'hui, à se partager les crédits spécifiques du ministère de la Ville - 500 millions d'euros. La liste des bénéficiaire ne sera communiquée qu'en juin. 

Seule l'expérimentation de 2.000 "emplois francs" sur dix sites cette année mobilisera de nouveaux moyens. L'embauche de jeunes des quartiers sera subventionnée à hauteur de 5.000 euros.

> A lire ici : Les principales mesures pour les banlieues

Pour le reste, il s'agit en quelque sorte d'une réorganisation plus globale. Chaque ministère devra orienter une partie de ses actions vers les quartiers - pour compenser le manque d'enseignants, de policiers ou de médecins.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.