L'Espagne restaure la PMA gratuite pour célibataires et lesbiennes et l'étend aux transgenres

L'accès à la PMA via le système de santé publique avait été limité en 2014 par la droite, alors au pouvoir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'employé d'une clinique manipule des échantillons conservés dans une cuve d'azote, en mai 2016 à Barcelone (Espagne). (LLUIS GENE / AFP)

Le gouvernement de gauche espagnol a restauré l'accès gratuit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes célibataires et les lesbiennes, mercredi 10 novembre, et l'a étendu aux transgenres. Autorisé par le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero (2004-2011), cet accès à la PMA via le système de santé publique avait été limité en 2014 par le Parti populaire (droite), alors au pouvoir.

Depuis cette date, la PMA n'était couverte que pour les couples hétérosexuels ayant des problèmes de fertilité ou médicaux. Les personnes ne pouvant procréer sans PMA, comme les femmes célibataires ou les lesbiennes, devaient donc se tourner vers le secteur privé.

Quelque 8 500 femmes concernées

Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez avait annoncé sa volonté de restaurer ce droit peu de temps après son arrivée au pouvoir en juin 2018. Par décret, "le gouvernement a rendu aux femmes célibataires, aux lesbiennes et aux bisexuels l'accès aux techniques de procréation médicalement assistée dans le système de santé publique", a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué. Il a par ailleurs décidé de "l'élargir aux personnes transsexuelles en capacité de gestation".

La mesure, qui est entrée en vigueur mercredi, devrait concerner quelque 8 500 femmes en Espagne, selon le ministère, qui a salué une "étape importante". Ce droit à la PMA pour toutes était réclamé de longue date par les organisations espagnoles de défense des personnes LGBT.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PMA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.