Cet article date de plus de deux ans.

Elle associe PMA et "écoles coraniques", la députée LREM Agnès Thill critiquée par son propre camp

L'élue de l'Oise a déjà été mise en garde à plusieurs reprise par ses paires pour certaines de ses prises de positions publiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La députée LREM de l'Oise, Agnès Thill, le 27 juin 2017, pour son premier jour à l'Assemblée nationale à Paris à l'occasion de sa rentrée parlementaire. (MAXPPP)

La députée LREM Agnès Thill s'oppose à l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA). L'élue défend les "concepts de père-mère, homme-femme" et juge que s'en éloigner "favorise l'éclosion d'écoles coraniques". Ses propos controversés lui valent les critiques des élus de son groupe.

Dans une lettre adressée à ses collègues du groupe parlementaire, Agnès Thill juge que le rapport de la mission de l'Assemblée nationale sur la bioéthique franchit une "ligne rouge" dans certaines de ses recommandations. L'élue de l'Oise cible la formule "parent d'intention" - le parent n'ayant pas de lien biologique avec l'enfant - dans la future révision de la loi. Cette formulation, dit-elle, "permet la multiplication des parents" et que le mot parent "n'a alors plus aucun sens"Et l'ancienne directrice d'école d'en conclure que "cette absence de genre dans le mot parent favorise l'éclosion d'écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci".

"Un tapis de sottises qui stigmatise"

"Nos amis musulmans, que nous savons opposés à cet éloignement progressif des concepts de père-mère, homme-femme (...) ne vont point dans la rue, ni dans les urnes, pour exprimer leur conception. Mais ils vivent en créant un monde parallèle dans la République, où les choses sont comme ils veulent (...) Il n'y a pas, chez nos amis musulmans, de parent 1 et de parent 2", ajoute Agnès Thill.

"Le courrier reçu par mes collègues et moi-même est un tapis de sottises qui stigmatise inutilement deux minorités", a réagi sur Twitter la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon. "AgnèsThill doit, sans plus attendre, etre exclue de LREM", a tweeté son collègue Aurélien Taché. Leur confrère Guillaume Chiche lui aussi "condanme fermement" ces propos qu'il juge "homophobes et islamophobes" et souhaite voir Agnès Thill quitter le groupe. Sur Libération, Marie Lebec, porte-parole des députés LREM, dénonce une lettre "caricaturale, comme Agnès Thill peut l'être".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.