Accès à la PMA pour les couples lesbiens et les célibataires : "Je n'ai pas envie d'en faire un débat dans la rue", déclare Agnès Buzyn

La ministre de la Santé a réagi dimanche sur franceinfo et France Inter, alors qu'un rapport du comité consultatif national d'éthique doit être remis mardi au gouvernement.

"Je n'ai pas envie d'en faire un débat dans la rue", a affirmé sur France Inter et franceinfo dimanche 23 septembre la ministre de la Santé Agnès Buzyn, à propos de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples lesbiens et aux célibataires. Un rapport du comité consultatif national d'éthique doit être remis mardi au gouvernement alors que le projet de loi bioéthique sera débattu à l'Assemblée début 2019.

La ministre a dit vouloir "un débat apaisé" entre les parlementaires. "Je demande qu'on se respecte, a-t-elle plaidé. Je pense qu'on est capable de travailler ces sujets avec respect et c'est comme ça que je vais mener les débats dans l'hémicycle."

Le droit aux origines aussi débattu à l'Assemblée

Par ailleurs, Agnès Buzyn ne trouve "pas contradictoire" de tenter de concilier l'extension de la PMA avec le droit à connaître ses origines. "Les deux mesures se complètent." 

La ministre affirme d'ailleurs que le droit aux origines "sera débattu à l'Assemblée". Cependant, l'idée d'une référence obligatoire au père dans les dossiers d'enfants issus de la PMA ne remporte pas son adhésion : "Comme on a le droit d'adopter un enfant à sa naissance sans père ou sans mère, je ne vois pas pourquoi cette référence au père n'est pas nécessaire pour l'adoption et serait nécessaire pour la PMA. Soyons logiques."

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)