Plus d'un enfant sur cinq vit dans la pauvreté dans les pays riches, selon l'Unicef

Leur nombre diminue par rapport à 2014, mais la tendance est inverse dans certains pays, dont la France.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un bénévole d'une banque alimentaire à Poitiers (Vienne), le 24 novembre 2023. (JEAN-FRANCOIS FORT / HANS LUCAS / AFP)

La situation s'améliore globalement, mais elle reste dramatique. Plus de 69 millions d'enfants, soit plus d'un enfant sur cinq, vivaient dans la pauvreté dans 40 pays riches de l'Union européenne et de l'OCDE en 2021, selon un rapport publié par l'Unicef, mardi 5 décembre.

"Pour la plupart des enfants, cela signifie un risque de grandir en manquant d'une alimentation nutritive, de vêtements, de fournitures scolaires ou d'un endroit chauffé pour vivre", a commenté le directeur de la branche recherche de l'Unicef, soulignant les risques pour leur "santé physique et mentale"

L'Unicef se base principalement sur la "pauvreté relative", une mesure souvent utilisée par les pays développés. Selon cette définition, sont considérés comme pauvres les foyers qui gagnent moins de 60% du revenu médian national.

Entre les périodes 2012-2014 et 2019-2021, "environ 6 millions d'enfants" sont sortis de la pauvreté, sur les 291 millions d'enfants qui vivent dans les 40 pays étudiés, soit une baisse de 8%, observe le rapport. Les pays où la situation s'est le plus améliorée sont la Pologne (-37,6% d'enfants pauvres), la Slovénie (-31,4%), la Lettonie (-31%) et la Lituanie (-30,6%).

Davantage d'enfants pauvres en France

Mais dans certains pays, ce chiffre se dégrade : en France, le taux de pauvreté des enfants a augmenté de 10,4% entre les deux périodes, selon le rapport. Au Royaume-Uni, il a même augmenté de près de 20%, avec un demi-million d'enfants pauvres supplémentaires. Aux Etats-Unis, le nombre d'enfants pauvres a baissé de 6,7%, mais plus d'un enfant sur quatre vit toujours dans cette pauvreté relative.

Les enfants de familles monoparentales ou issus de minorités ont également plus de chances d'être pauvres, selon le rapport. Aux Etats-Unis par exemple, 30% des enfants afro-américains et 29% des enfants amérindiens vivent sous le seuil national de pauvreté, contre 10% des enfants blancs non hispaniques.

Dans l'Union européenne, un enfant ayant des parents ressortissants d'un pays extérieur à l'UE a 2,4 fois plus de risque d'être pauvre qu'un enfant ayant des parents européens. Le rapport insiste sur la nécessité de mettre en place des outils de protection sociale spécifiques pour assurer le bien-être des enfants, et sur l'importance de la "volonté politique" des Etats en la matière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.