Cet article date de plus de six ans.

Plan vigipirate : les policiers "à flux tendu"

Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé ce lundi la poursuite du plan vigipirate "autant que nécessaire, tant que la menace (terroriste) reste élevée". Une annonce qui ne va pas réjouir les policiers. Réaction de Christophe Rouget, commandant de police du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Manuel Valls a annoncé la poursuite du plan vigipirate "autant que nécessaire" © Reuters /Jean-Paul Pelissier)

Ce lundi, sur RTL, Manuel Valls a expliqué qu’il fallait que les Français s’habituent à vivre avec cette menace terroriste "qui est le fruit d'organisations internationales particulièrement barbares comme Daech (organisation de l'Etat islamique) ou al-Qaïda, mais aussi d'individus radicalisés qui sont sur notre sol, qui sont des Français et qui peuvent retourner leurs armes, leurs couteaux, leurs armes à feu, contre nous, contre des militaires, contre des citoyens. " Ainsi, le premier Ministre précise que le plan Vigipirate sera maintenu "autant que nécessaire, tant que la menace reste élevée"

Des policiers épuisés

Cette annonce ne va pas réjouir les policiers actuellement en faction. Le niveau d’alerte actuel "demande une mobilisation et un investissement au quotidien, et cela entraîne une fatigue physique et morale pour les personnels. Il y a une suppression des congés, qui entraîne des heures supplémentaires, des reports de mission, de stage et cela aura un impact sur la pénibilité du métier et sur la délinquance, " explique Christophe Rouget, commandant de police du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure.

 

"Sans le renfort des militaires cela ne serait pas gérable. Le ministère de l’Intérieur vit à crédit car les policiers travaillent à flux tendu. Il va falloir revoir en profondeur la manière dont fonctionnent la police nationale et l’organisation de la sécurité en France. "

"Sans le renfort des militaires cela ne serait pas gérable", avoue Christophe Rouget, commandant de police du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure
écouter
A lire aussi ►►► Expliquez-nous Vigipirate

                     ►►► Vigipirate en alerte maximum : un dispositif lourd pour les forces de l'ordre

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.