Cet article date de plus de sept ans.

Paris : la renaissance luxueuse de la piscine Molitor

Un monument de l’histoire parisienne rouvre lundi après 25 ans de fermeture et trois ans de travaux. La piscine Molitor dans le 16e arrondissement de Paris a été transformée en un complexe de luxe. Les accès sont privés et les tarifs élevés, c’est le prix d’une cure de jouvence dans l’esprit art déco.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La réouverture de la piscine Molitor à Paris ©Radiofrance)

L’histoire de la piscine Molitor passe par la mode et les stars. Les bassins ont été inaugurés en 1929 par Johnny Weissmuller, Tarzan à l’écran et champion olympique de natation. On raconte aussi que c’est au bord de ses deux bassins que la révolution du maillot de bain est apparue en 1946 avec le bikini.

Un retour aux sources

La mythique piscine, classée aux monuments historiques, a connu des années moins glorieuses depuis sa fermeture en 1989, pour cause d’insalubrité. Les lieux ont été squattés, tagués, mais l’écrin attendait son heure. La cure de jouvence est passée par l’investissement du groupement Bouygues, Colony Capital et Accor. Avec 80 millions de travaux et après trois ans de travaux, Molitor renaît dans ses couleurs d’antan. Le ton jaune tango, proche du jaune moutarde domine à nouveau l’espace. Autour du bassin d’hiver, les mosaïques ont été réalisées par le fabricant d’origine. Les garde-corps ont pu être conservés et les vitraux rénovés.

Les prix élevés d’un lieu mythique

La piscine Molitor est aujourd’hui au centre d’un luxueux complexe qui comprend un hôtel, un spa et un restaurant. Le bassin extérieur restera ouvert toute l’année, l’autre est protégé par une verrière et ils sont tous les deux chauffés pour maintenir une eau à 28 degrés. Mais le luxe a un prix, loin des tarifs des piscines municipales. Pour découvrir Molitor, il faut être client de l’hôtel, avec des chambres à 215 euros au minimum. Le second moyen passe par un club privé où il faut montrer patte blanche. Le parrainage est nécessaire et le droit d’entrée est à 1.200 euros. Comptez ensuite un abonnement annuel à 3.300 euros. Les enfants pourront toutefois profiter du lieu magique puisqu’une exception sera faite pour les scolaires. Ils auront accès au bassin d’hiver trois demi-journées par semaine. S’il faut des parents pour accompagner les groupes, ça se bousculera au portillon…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.