Paris : la police évacue les 350 migrants de La Chapelle

Près de 350 clandestins vivaient dans un camp de fortune situé sous le métro aérien, entre les stations Barbès et La Chapelle.

FRANCE 3

Tôt ce mardi 2 juin, les autorités ont bouclé le quartier de La Chapelle, à Paris. Ils ont ensuite évacué les quelque 350 migrants du camp de fortune installé depuis quelques mois sous le métro aérien, entre les stations Barbès et La Chapelle. Des Érythréens et des Soudanais pour la plupart, qui devaient être transférés dans des logements d'urgence. La situation administrative de chacun devrait être étudiée. 

"Ce n'était pas une opération policière"

Le camp s'est vidé dans le calme en quelques heures, indique la journaliste de France 3, qui s'est rendue sur place. Plusieurs membres d'associations étaient présents pour soutenir les réfugiés. "Il faut le rappeler, cela n'était pas une opération policière", martèle Pierre Henry, de l'association France terre d'asile. Il regrette néanmoins que celle-ci ait eu lieu "si tardivement". Abderrahmane Diallo, comme de nombreux autres migrants, s'est précipité pour retourner au camp afin d'en être évacué, "pour partir là où il y a à manger".

L'équipe de France 3 s'était rendue il y a quelques jours dans ce campement, pour y découvrir des conditions sanitaires et humanitaires catastrophiques. Du camp, il ne reste plus désormais que quelques détritus, couvertures et autres sacs plastique que les pelleteuses sont venues débarrasser ce mardi après-midi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le campement de migrants après son évacuation, le 2 juin 2015 à Paris.
Le campement de migrants après son évacuation, le 2 juin 2015 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)