Tags révisionnistes à Oradour-sur-Glane : le gouvernement vise des filières "parfois organisées au niveau international"

Après la découverte de tags révisionnistes au Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, la classe politique française a fait part d'une consternation unanime, appelant à faire la justice sur cet acte.

Les inscriptions sur le centre de la mémoire du village martyr d\'Oradour-sur-Glane.
Les inscriptions sur le centre de la mémoire du village martyr d'Oradour-sur-Glane. (STEPHANE LEF?VRE / MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Le mot "martyr" rayé d'un trait de peinture blanche, la mention "menteur" ajoutée et accompagnée d'une référence à un militant condamné pour négationnisme. Des tags révisionnistes ont été découverts vendredi 21 août sur les murs du Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Au lendemain des faits, samedi 22 août, la classe politique dénonce cet acte, qui vise un village martyr de la Seconde Guerre mondiale, et appelle à traduire ses auteurs en justice. 

"Des filières parfois organisées au niveau international." En visite sur place, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebarri, a dénoncé un acte "lâche, violent et grave", qu'il est "nécessaire de ne pas laisser passer". Ancien député de la circonscription, il a évoqué, sur BFMTV, des "filières d'extrême droite, négationnistes, parfois organisées au niveau international", qui nécessiteront "énormément de moyens pour les traquer et éventuellement pour les punir".

Colère de l'exécutif. Dans un communiqué, l'Elysée indique qu'Emmanuel Macron "condamne avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable". Le chef de l'Etat "assure que tout sera fait pour que les auteurs de cet acte soient traduits en justice". Le Premier ministre, Jean Castex, fait part de sa "colère" et de sa "consternation". Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, souhaite que justice soit rapidement faite après cette "salissure abjecte".

 Condamnations de toute la classe politique. 
Les politiques de tout bord ont réagi. "Honte aux responsables", a écrit Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise. Le député Les Républicains Eric Ciotti se dit "écœuré et révolté" et appelle à "renforcer la transmission de cette mémoire". Au Rassemblement national, le député Sébastien Chenu se montre tout aussi ferme : "Honte à ceux qui souillent la mémoire de ce village martyr."

Plus de 600 habitants massacrés. Le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, ouvert en 1996, explique aux visiteurs des ruines du village martyr le contexte du massacre survenu le 10 juin 1944. Ce jour-là, la division SS Das Reich tuait 642 villageois. Les soldats nazis avaient rassemblé les hommes dans les granges du village et les avaient fusillés. Ils avaient regroupé femmes et enfants dans l'église avant d'y mettre le feu.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ORADOUR

19h20 : C'est très inquiétant ce qui s'est passé à Oradour, en plus d'être assez inhumain, aussi loin que je me souvienne c'est la toute première manifestation de négationnisme là bas, corrigez moi si je me trompe. Peut-être que la transmission de la mémoire des victimes n'est pas assez efficace, pédagogique ou présente dans notre société ? Les nouvelles générations connaissent peut-être mieux les grandes lignes de la seconde guerre mondiale que les massacres perpétrés par les Nazis, et autorisé par l'État français...

19h20 : Dans les commentaires, nous fait part de sa vive émotion après la dégradation du centre mémoriel d'Oradour-sur-Glane.

18h39 : Jean-Baptiste Djebbari évoque des "filières d'extrême droite, négationniste, parfois organisées au niveau international", qui nécessitent "énormément de moyens pour les traquer et éventuellement pour les punir".

18h39 : Jean-Baptiste Djebbari s'est exprimé à l'issue de sa visite au centre mémoriel d'Oradour-sur-Glane. Il a assuré de la détermination du gouvernement à "traquer les coupables et les punir à la hauteur du méfait qu'ils ont commis ici", qui "appellent une réponse forte". Un acte "lâche, violent et grave", qu'il est "nécessaire de ne pas laisser passer".

18h30 : Le ministre des Transports et ex-député de Haute-Vienne Jean-Baptiste Djebbari s'est rendu à Oradour-sur-Glane, où le centre mémoriel a été tagué hier.

18h08 : Il est 18 heures, faisons le point sur l'actualité de ce samedi soir.

• Des tags révisionnistes ont été découverts hier sur les murs du Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), village martyr de la Seconde Guerre mondiale. Voilà ce que l'on sait de cette dégradation.

• L'Italie dépasse la barre des 1 000 contaminations en une journée, des chiffres plus atteints depuis mai. L'occasion de se pencher sur la stratégie de nos voisins pour endiguer le virus.

• Le gouvernement repousse à "la première semaine de septembre" la présentation de son plan de relance. Initialement prévue mardi, elle a été reportée afin de se concentrer sur la rentrée scolaire et la crise sanitaire.

• 3 000 policiers mobilisés, les rassemblements interdits, les Champs-Elysées rendus piétonniers : voilà le dispositif de sécurité autour de la finale de la Ligue des champions PSG-Bayern demain soir.

17h14 : @Oradour Il s'agit de Vincent Reynouard, figure de l'activisme d'extrême droite, condamné en 2004 à deux ans de prison dont six mois ferme par la cour d'appel de Limoges pour "apologie de crime de guerre". Il avait enregistré une cassette VHS en 1997 niant les faits et parlant de "mensonge officiel", précisent nos confrères de France 3 Nouvelle-Aquitaine. La décision de justice avait été cassée en cassation en 2005.

16h53 : Bonjour Pierre ! Qui est le fameux "Reynouard" qui figure sur les tags révisionnistes d'Oradour ? Merci.

14h16 : Bonjour @Maxime83, Vincent Reynouard, ancien professeur de mathématiques radié en 1997 de l'Education nationale, est un militant négationniste. Il a été condamné à plusieurs reprises à de la prison ferme pour contestation de crimes contre l'humanité, expliquait Le Parisien en 2016. Dans l'une des vidéos qui lui a valu une condamnation, il promettait : "5 000 euros seront offerts à quiconque me démontrera, au terme d'un débat libre, loyal et courtois que les chambres à gaz homicides hitlériennes ne sont pas un mythe de propagande."

14h12 : Bonjour, qui est Reynouard que des imbéciles se réclament en profanant le monument d'Oradour ? Merci beau travail

14h07 : "Je frémis d'horreur, on bafoue le devoir de mémoire", a réagi sur franceinfo Dominique Lormier, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, au lendemain de la découverte de tags révisionnistes sur le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane. "La commune dans laquelle une division nazie a brûlé les femmes et les enfants dans l’église et mitraillé les hommes", le 10 juin 1944, est "un symbole de la barbarie nazie", rappelle-t-il.(STEPHANE LEFEVRE / MAXPPP)

13h35 : Des inscriptions révisionnistes ont été écrites à la peinture blanche à l'entrée du Centre de la Mémoire d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Le mot "martyr" a été rayé à la peinture blanche. A côté, ont été inscrits : "Menteur, à quand la vérité ?" suivi de "Reynouard a raison". Une plainte a été déposée ce matin par le mémorial.

13h36 : "Tout sera fait" pour poursuivre les auteurs des tags découverts au Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, village martyr de la Seconde guerre mondiale, assure Emmanuel Macron, en dénonçant un acte "inqualifiable".