VIDEO. Face à Nuit debout, le ras-le-bol des riverains place de la République à Paris

Des affrontements ont encore éclaté entre les forces de l'ordre et des casseurs la nuit dernière. Les riverains sont exaspérés.

FRANCE 3

Les échauffourées se multiplient ces dernières semaines en marge du mouvement Nuit debout. Dans la nuit de dimanche à ce lundi 2 mai, les CRS ont de nouveau été ciblés par des tirs de projectiles et ont répondu avec des gaz lacrymogènes. Ce matin, la place portait encore les stigmates de l'opposition. La bouche de métro centrale est même restée fermée jusqu'à nouvel ordre. Des tags ont été peints sur les murs alentours et des vitrines ont été endommagées. "Le quotidien, c'est des bruits de sirènes toute la nuit, la peur de retrouver son magasin dans un état pas possible le lendemain matin, c'est des problèmes de chiffre d'affaires puisque le quartier est déserté", regrette Michel Pécou, commerçant de la rue Oberkampf.

Une intervention de la mairie réclamée

Les commerçants subissent aussi des désagréments liés à la surfréquentation de la place. "Vous avez la vue, l'odeur et la moitié des clients qui ne viennent plus sur cette terrasse", détaille Olivia Lopez, serveuse au café Temple. Les riverains demandent aujourd'hui une réaction de la mairie. "Cela fait un mois que ça dure, que les gens ne dorment pas, que les commerçants ne font rien (...), il faut quand même nous aider, nous les riverains", estime Marie-Jo, du collectif "République en colère". Malgré les incidents, les habitants s'accordent sur un point : ne pas interdire le mouvement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Environ 150 personnes s\'en sont prises aux forces de l\'ordre en marge de la Nuit debout à Paris, le 16 avril 2016, à l\'aube. 
Environ 150 personnes s'en sont prises aux forces de l'ordre en marge de la Nuit debout à Paris, le 16 avril 2016, à l'aube.  (FRANCE 2)