Tempête de 1999 : la centrale de Blayais hors de danger ?

Il y a 20 ans, la tempête avait secoué le sud-ouest de la France. En Gironde, à Braud-et-Saint-Louis la centrale du Blayais avait souffert de la montée des eaux.

À chaque tempête, les regards sont tournés vers elle : la centrale de Blayais, à Braud-et-Saint-Louis (Gironde). Quatre réacteurs nucléaires qui alimentent toute l'Aquitaine. Après la tempête Martin du 27 décembre 1999, des enrochements et une digue de protection de huit mètres de haut avaient alors été construits. À l'époque, elle avait été submergée et inondé le système de refroidissement de secours de la centrale. Deux réacteurs avaient dû être stoppés en catastrophe.

Les écologistes encore inquiets

Vingt ans après, EDF veut communiquer sur la sécurité du site. "Les dispositifs que nous avons mis en place pour protéger l'ensemble des locaux, notamment en sous-sol, me permettent de dire que le niveau de sûreté est aujourd'hui excellent et nous permet de faire face à des événements comme la tempête de 1999", indique Severin Buresi, directeur de la centrale du Blayais.
Mais pour les militants de Greenpeace qui s'appuient sur un rapport de l'Agence de sûreté nucléaire, on est moins convaincu. La centrale aurait été construite en dessous du niveau de l'estuaire. Dans la ville, on dit vivre tranquillement et être informé 24 heures sur 24 par EDF. Avec le réchauffement climatique, les tempêtes devraient être de plus en plus fréquentes à l'avenir.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale de Blayais en 1999.
La centrale de Blayais en 1999. (FRANCEINFO)