Cet article date de plus de sept ans.

Nucléaire : les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim à l'arrêt

Un arrêt automatique du réacteur n°2 a été déclenché suite à la fermeture intempestive d'une soupape dans la partie non-nucléaire de la centrale, selon EDF.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une banderolle hostile au nucléaire est déployée par des militants Greenpeace sur un des réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), le 18 mars 2014. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

La centrale nucléaire de Fessenheim est à l'arrêt depuis vendredi 18 avril au soir. Cet arrêt fait suite à des incidents rendant inopérationnels ses deux réacteurs, selon EDF et plusieurs organisations hostiles à cette centrale. Des équipes ont été mobilisées pour déterminer les causes précises de ce dysfonctionnement. Cet incident sur son réacteur n°2 intervient alors que le n°1 se trouve lui-même à l'arrêt depuis le 9 avril, en raison d'une fuite détectée dans sa tuyauterie d'alimentation en eau (également dans la partie non-nucléaire de la centrale).

Vendredi, vers 22h40, "un arrêt automatique du réacteur n°2 a été déclenché suite à la fermeture intempestive d'une soupape qui règle l'arrivée de la vapeur sur le groupe turbo-alternateur dans la partie non-nucléaire de la centrale", a indiqué un porte-parole d'EDF Fessenheim"Il n'y a aucune conséquence pour la sûreté des installations et pour l'environnement", assure EDF, pour qui cet arrêt automatique, semblable à celui d'un "disjoncteur", n'est en aucun cas lié à l'âge avancé de cette centrale, la plus ancienne en service du parc nucléaire français.

"Il est temps d'arrêter cet acharnement sur ces vieilles chaudières atomiques à bout de souffle et de plus en plus dangereuses", ont réagi les organisations anti-Fessenheim dans un communiqué, samedi. Elles demandent que cet "énième arrêt simultané des réacteurs soit enfin transformé en arrêt définitif".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.