Nucléaire : le secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire en Alsace pour "écrire l'après-Fessenheim"

Sébastien Lecornu est allé au devant des élus, syndicats et acteurs économiques alsaciens, vendredi, pour préparer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et préparer sa reconversion. 

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Sébastien Lecornu n'est pas venu avec un chèque, mais avec des engagements. Pour les 850 salariés d'EDF, d'abord, mais aussi pour les 330 employés en sous-traitance. "La centrale fermera, j'assume cette décision, (...) Je ne viens pas avec un chèque, mais je ne viens pas les mains vides. Il s'agit de construire un projet pour le territoire qui soit exemplaire", a déclaré le secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, à la préfecture Colmar, vendredi 19 janvier à Colmar.

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, doyenne du parc français, a été engagée avec la mise en place d'un comité de pilotage pour la reconversion du site. Un travail au cas par cas sera mené dès lundi à la préfecture du Bas-Rhin, et il dépasse dépasse même les frontières, a assuré le secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire. Il a annoncé "la mise en place d'une cellule spécifique, pour que l'on puisse apporter une réponse individuelle, salarié par salarié. Cette réponse, pour les salariés sous-traitants, sera franco-allemande. Les entreprises allemandes, de l'autre côté du Rhin, peinent à trouver certains profils de qualification."

"Créer les bonnes conditions"

Pour tourner cette page industrielle en Alsace, le secrétaire d'Etat a tenu à se démarquer de l'ancienne ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, qui avait évoqué l'arrivée d'une usine Tesla. Projet qui n'avait pas abouti. "Il ne faut pas compter sur moi, ni sur ce gouvernement, pour aller devant les caméras pour annoncer l'arrivée d'une usine. Le développement économique n'est pas quelque chose qui se décrète. Notre rôle collectif est de créer les bonnes conditions pour qu'on soit capables d'écrire un projet industriel pour l'après-Fessenheim."

Le gouvernement lance donc un appel à projets régional, pour développer les énergies renouvelables. C'est la priorité, le président LR de la région Grand Est Jean Rottner y croit. "Normalement, ce sont des appels à projets nationaux. Là, on est sur appel à projets sur un territoire extrêmement restreint. C'est la première fois que cela va se faire en France. J'appelerai même à un fiscalité particulière pour ces projets. Pour nous, il s'agit de développer toutes les énergies nouvelles dans notre département, et avec l'universtié, en matière de recherche appliquée et de recherche fondamentale, de préparer le monde de l'énergie de demain."

La centrale va fermer : les élus comme les syndicats se sont fait une raison. Un délégué interministériel sera nommé "sous quinzaine" pour suivre le dossier.

La centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 9 avril 2013.
La centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 9 avril 2013. (SEBASTIEN BOZON / AFP)