Nucléaire : contretemps inquiétant pour l'EPR de Flamanville

Selon des experts, la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) risque de ne pas tenir dans le temps.

France 2

La cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) risque de ne pas tenir dans le temps, selon des experts. "La cuve d'une centrale nucléaire c'est vraiment le coeur du réacteur, le chaudron dans lequel se déroule la réaction nucléaire, explique Nicolas Chateauneuf. À l'intérieur de la cuve, il y a des barres d'uranium qui chauffent l'eau à très haute pression pour produire de la vapeur et ensuite de l'électricité. La cuve, pour résumer, c'est la pièce maitresse dans un réacteur nucléaire. Elle doit résister à l'irradiation, à la chaleur, à la pression pendant toute la durée de vie de la centrale, soit 40 ans minimum."

Un objet de 400 tonnes

Le journaliste ajoute : "Comme tout est construit autour de cette cuve, c'est très difficile de la remplacer (...)" L'objet, qui mesure 11 mètres de haut et 5 mètres de diamètre, "est fait en acier inoxydable, pèse 400 tonnes et a été forgé en partie au Japon et en partie en France", détaille Nicolas Chateauneuf, qui ajoute qu'à l'EPR de Flamanville (Manche), "le problème vient du fond et du couvercle". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le démarrage de l\'EPR de Flamanville, ici en chantier en 2015, est prévu pour 2018, si EDF obtient l\'accord de l\'Autorité de sûreté nucléaire.
Le démarrage de l'EPR de Flamanville, ici en chantier en 2015, est prévu pour 2018, si EDF obtient l'accord de l'Autorité de sûreté nucléaire. (MAXPPP)