Nucléaire : 2/3 des sympathisants UMP favorables, 51% des sympathisants PS hésitants

Les Français sont globalement partagés sur le recours à l'énergie nucléaire, selon un sondage IFOP-Sud-Ouest dimanche. 40% se disent "hésitants" (47% inquiets), tandis que les sympathisants UMP se déclarent à 65% "favorables" à son emploi.

Chantier de l\'EPR à Flamanville (10 novembre 2011)
Chantier de l'EPR à Flamanville (10 novembre 2011) (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les Français sont globalement partagés sur le recours à l'énergie nucléaire, selon un sondage IFOP-Sud-Ouest dimanche. 40% se disent "hésitants" (47% inquiets), tandis que les sympathisants UMP se déclarent à 65% "favorables" à son emploi.

Alors que Jean-François Copé vient de demander à François Hollande d'arrêter de négocier avec les Verts sur le nucléaire "au nom de la France", ce qui lui a valu d'être traité de "VRP politique du nucléaire" par Cécile Duflot, un sondage IFOP-Sud-Ouest dimanche montre l'ambivalence des Français à ce sujet.

Pour l'institut, la position des sondés vis-à-vis du recours à l'atome comme source d'énergie "n'est pas clairement établie". Depuis la catastrophe de Fukushima, en mars dernier, quatre sondés sur dix se déclarant "hésitants".

A la question "Quelle est votre opinion sur le recours à l'énergie nucléaire en France?", un tiers (33%) se déclare favorable, contre 17% qui la rejettent, des résultats stables par rapport à ceux observés en juin dernier, selon l'Ifop.

Les sympathisants de l'UMP favorables au nucléaire, ceux du PS hésitants

Les sympathisants UMP apparaissent largement favorables au nucléaire (65%, tandis que 26% se disent hésitants et 3% opposés) alors que 51% des sympathisants PS se déclarent hésitants (26% favorables, 18% opposés).

43% des sympathisants Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sont opposés (38% hésitants et 12% favorables). 37% des sympathisants FN sont favorables au nucléaire (32% hésitants, 19% opposés).

Centrales nucléaires : l'inquiétude monte

47% des sondés se disent "inquiets" à l'égard des centrales nucléaires françaises (11% "très inquiets"), souligne l'Ifop qui rappelle que "la proportion d'interviewés 'pas inquiets du tout' est en baisse de 13 points (10% en novembre contre 23% en juin).

Sans surprise, les sympathisants EELV manifestent plus d'inquiétude (71%) que les militants UMP (21%), du FN (48%) et du PS (50%) selon cette étude réalisée du 8 au 10 novembre par internet, sur un échantillon de 1.008 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus.

Les négociations PS-EELV se poursuivent

Les négociations entre le parti socialistes et Europe Ecologie Les Verts butent actuellement sur le nucléaire. Le point le plus difficile porte sur le maintien de la construction du réacteur nucléaire de 3e génération (EPR) de Flamanville. La déclaration de François Hollande, candidat PS à la présidentielle sur sa volonté de "préserver un EPR" si "toutes les règles de sécurité" sont respectées, a jeté un froid alors qu'EELV fait de son arrêt une condition sine qua non d'un accord.

Le calendrier est serré puisque PS et EELV ont convenu d'achever leurs pourparlers mi-novembre. Les écologistes doivent soumettre l'éventuel accord au Conseil fédéral (parlement) d'EELV du 19 et 20 novembre.