L'Autorité de sûreté nucléaire lance une distribution complémentaire de pastilles d'iode pour 2 millions de riverains

"Si de l'iode radioactif était rejeté dans l'environnement, la prise de comprimés d'iode stable serait un des moyens efficaces de protection de la thyroïde", explique l'ASN dans son communiqué.

La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret), le 23 août 2019.
La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret), le 23 août 2019. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Allez-vous recevoir un courrier pour des pastilles d'iode ? Plus de deux millions de riverains de centrales nucléaires vont recevoir ces prochains jours une missive de l'Autorité de sûreté nucléaire dans le cadre d'une campagne complémentaire de distribution de comprimés d'iode. "Si de l'iode radioactif était rejeté dans l'environnement, la prise de comprimés d'iode stable serait un des moyens efficaces de protection de la thyroïde", explique l'ASN dans son communiqué.

Cette campagne vient en complément de la distribution d'iode effectuée en janvier 2016, entre 0 et 10 km autour des centrales. Les 19 centrales exploitées par EDF disposent en effet chacune d'un Plan particulier d'intervention (PPI) qui détermine les actions de protection et les moyens de secours en cas d'accident. Or, leur rayon a été étendu à 20 km autour des centrales, contre 10 km auparavant depuis 2016.

Plus de 600 pharmacies distribuent les comprimés

Les courriers d'information pour les riverains et les établissements recevant du public (ERP) contiennent un bon de retrait pour des comprimés d'iode à présenter en pharmacie, ainsi qu'une brochure d'information sur les réflexes pour bien réagir en cas d'accident nucléaire. Concrètement, les destinataires du courrier auront la possibilité de retirer les comprimés auprès des 646 pharmaciens d'officine participant.

Au total, cette campagne complémentaire concerne 2,2 millions de riverains, et quelque 200 000 établissements recevant du public, tels que les écoles, les administrations, les entreprises publiques et privées (y compris les commerces de proximité), les locaux associatifs, les installations sportives, les lieux de culte répartis sur 1 063 communes, dans un rayon de 10 à 20 km autour des centrales nucléaires.