Japon : Naoto Kan, l'ancien Premier ministre repenti du nucléaire

Naoto Kan était le Premier ministre du Japon le 11 mars 2011, le jour où une explosion a eu lieu dans la centrale nucléaire de Fukushima. Depuis, il est devenu anti-nucléaire.

Francetv Info

Le 11 mars 2011, une explosion survient dans un bâtiment de la centrale nucléaire de Fukushima. Naoto Kan est alors Premier ministre du Japon. Jusqu'à ce jour, il avait confiance en la technologie nucléaire, mais la catastrophe va faire de lui un fervent anti-nucléaire. "Nous n'avions aucune information de la part de la centrale ni de l'opérateur. Même à la commission de sécurité nucléaire du gouvernement, personne n'était compétent pour me répondre", relate l'intéressé.

Un scénario apocalyptique plausible

Naoto Kan se rend dans la zone dévastée trois semaines après la catastrophe. "Dix jours après l'accident, j'ai demandé à un spécialiste de fournir une étude sur le pire scénario qui aurait pu se produire. Si la radioactivité avait continué, si on n'avait pas pu contrôler certains éléments, nous aurions dû évacuer une zone de 250 km autour de Fukushima. Ce qui signifie toute l'agglomération de Tokyo. Ces gens n'auraient pas pu revenir sur place avant 30 ou 50 ans", explique l'ancien Premier ministre du Japon. Il réalise que son pays a frôlé l'apocalypse et démissionne après avoir fait adopter une loi sur les énergies renouvelables. Aujourd'hui il combat la remise en service des centrales.

Naoto Kan était le Premier ministre du Japon le 11 mars 2011, le jour où une explosion a eu lieu dans la centrale nucléaire de Fukushima. Depuis, il est devenu anti-nucléaire.
Naoto Kan était le Premier ministre du Japon le 11 mars 2011, le jour où une explosion a eu lieu dans la centrale nucléaire de Fukushima. Depuis, il est devenu anti-nucléaire. (Franctv Info)