EDF va arrêter cinq réacteurs nucléaires pour effectuer des vérifications

Le fournisseur d'électricité exécute ainsi une demande de l'Autorité de sûreté nucléaire, qui souhaite contrôler ces réacteurs dont l’acier présente une concentration élevée en carbone. Les réacteurs doivent être arrêtés avant l'hiver.

La centrale nucléaire de Tricastin (Drôme), le 24 septembre 2015.
La centrale nucléaire de Tricastin (Drôme), le 24 septembre 2015. (JAUBERT / ONLY FRANCE / AFP)

EDF va arrêter temporairement 5 réacteurs nucléaires en France, sur les 58 en activité dans l'Hexagone. Le fournisseur d'électricité a confirmé, mardi 18 octobre, qu'il se soumettrait aux recommandations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cette dernière lui demandait d'effectuer sous trois mois ces contrôles sur les réacteurs dont les générateurs de vapeur pourraient présenter une anomalie dans la composition de l'acier.

Cité par l'AFP, le président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, a expliqué avoir effectué cette demande à EDF à la suite de contrôles réalisés sur 4 réacteurs à l'occasion d'arrêts programmés. Au cours de ces opérations, quatre anomalies "sérieuses" d'excès de concentration en carbone sur les générateurs de vapeur ont été identifiés. A la suite de cette découverte, l'ASN a décidé "d'anticiper les contrôles sur 5 réacteurs", ce qui nécessite leur arrêt, a précisé le président de l'ASN.

Les centrales du Tricastin et de Fessenheim concernées

Certains fonds primaires de ces générateurs, fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon, pourraient présenter une zone de concentration importante en carbone, qui affaiblissent leurs propriétés mécaniques. Ce qui, à terme, pourrait entraîner des incidents.

Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, ces arrêts dureront "quelques semaines" et seront mis en place probablement avant cet hiver. Les réacteurs concernés sont situés dans les centrales du Tricastin (Drôme), de Fessenheim (Haut-Rhin), de Gravelines (Nord) et de Civaux (Vienne).