Canicule : une quatrième centrale nucléaire autorisée à relâcher de l'eau plus chaude qu'à la normale pour continuer de fonctionner

Vingt-neuf réacteurs français sur 56 sont actuellement indisponibles pour diverses raisons. D'où ces dérogations.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La centrale nucléaire de Bugey, dans l'Ain, le 8 avril 2016. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Et de quatre. Une dérogation temporaire aux règles environnementales a été accordée à une nouvelle centrale nucléaire, celle du Bugey, dans l'Ain, pour lui permettre de continuer à fonctionner "à un niveau minimal de puissance" pendant la canicule, selon un arrêté publié dimanche 17 juillet au Journal Officiel"Les réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey effectuant des rejets d'effluents dans le Rhône peuvent, pendant la période fixée (...), continuer à pratiquer ces rejets tant que l'échauffement après mélange des effluents dans le Rhône (...) ne dépasse pas 3 °C en valeur moyenne journalière", précise l'arrêté de dimanche.

La moitié du parc nucléaire à l'arrêt

Vendredi, une dérogation avait été accordée aux centrales nucléaires de Golfech (Tarn-et-Garonne), du Blayais (Gironde) et de Saint-Alban (Isère). Pour ces trois centrales et celle du Bugey, l'autorisation a été accordée jusqu'au 24 juillet. Et ce, alors que 29 réacteurs français sur 56 sont actuellement indisponibles pour diverses raisons.

Depuis 2006, chaque centrale a ses propres limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser. Les centrales pompent en effet l'eau pour le refroidissement des réacteurs, avant de la rejeter. Le dispositif de dérogation, qui vise à garantir le bon fonctionnement du réseau électrique, n'avait jusqu'ici été utilisé qu'une fois, en 2018 pour la centrale de Golfech, pendant une durée de 36 heures.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.