Cet article date de plus d'un an.

"C'est une journée historique" : la Suisse ferme l'une de ses quatre centrales nucléaires

Le site de Mühleberg va être démantelé mais des questions sur le stockage de ses déchets restent, pour l'instant, en suspens. 

Article rédigé par
Jérémie Lanche, Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La centrale de Mühleberg en Suisse.  (XU JINQUAN / XINHUA)

La Suisse ferme l'une de ses quatre centrales nucléaires. Le site de Mühleberg, près de Berne, est débranché vendredi 20 décembre. Il s'agit d'une première dans le pays, qui a décidé de se débarrasser de l'atome. Cependant de nombreuses questions, comme le stockage des déchets radioactifs, restent pour l'instant en suspens. 

Vers davantage d'investissements dans le solaire et l'hydraulique 

Le démantèlement de Mühleberg va durer 15 ans. Le temps d'évacuer les 200 000 tonnes de déchets, dont 18 000 tonnes radioactives qui vont être transférées à l'autre bout du pays dans un site temporaire. La Suisse n'a pas encore décidé où enfouir les restes de ses trois autres centrales amenées à être démantelées. Qu'importe pour la ministre de l'Énergie et de l'Environnement, Simonetta Sommaruga, qui préfère voir le verre à moitié plein : "C'est une journée historique, dit-elle. Je sens surtout les chances et les opportunités que ça donnent pour les énergies hydrauliques et solaires. Aujourd'hui, on dépense des milliards de francs chaque année pour acheter du pétrole et du gaz. Les investissements dans le solaire dans notre pays, c'est bien pour notre économie et le travail". 

Dans l'immédiat, la fermeture de Mühleberg pourrait surtout conduire à une hausse des importations d’électricité venue d'Allemagne et de France. Si la Suisse exporte en général plus d’électricité qu'elle n'en importe grâce à ses barrages hydroélectriques, ce n'est pas le cas en hiver quand la consommation énergétique explose. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.