Vingt-deux militants de Greenpeace condamnés à quatre mois de prison avec sursis pour s'être introduits dans une centrale nucléaire en Ardèche

Le 28 novembre 2017, vingt-deux militants de Greenpeace s'étaient introduits dans la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche) pour "alerter" les autorités sur sa vulnérabilité.

Vue sur la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche), le 28 novemnbre 2017.
Vue sur la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche), le 28 novemnbre 2017. (MAXPPP)

Les militants de Greenpeace qui s’étaient introduits dans la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche) en novembre 2017, ont été condamnés à quatre mois de prison avec sursis, selon les informations de France Bleu Drôme-Ardèche, jeudi 28 juin. De son côté, l’association devra payer 25 000 euros d’amende et 50 000 euros à EDF au titre du préjudice moral.

Le 28 novembre 2017, 22 militants de Greenpeace s'étaient introduits dans la centrale nucléaire pour "alerter" les autorités sur la "vulnérabilité" des piscines où sont entreposés les combustibles usagés. Ils avaient été interceptés par la gendarmerie.

Le site de Cruas-Meysse abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF sur le territoire des communes de Cruas et de Meysse. Cette centrale est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression.