Cet article date de plus de cinq ans.

Notre-Dame-des-Landes : une maison d'opposants à la ZAD vandalisée

L'une des maisons d'un couple opposé à la ZAD à Notre-Dame-des-Landes a été vandalisée, à la veille d'une manifestation à Nantes ce samedi après-midi, annoncée comme pacifique par ses organisateurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le couple avait déposé une pétition pour demander l'évacuation de la ZAD © France Bleu Loire-Océan / Radio France)

L'une des maisons d'un couple opposé à la ZAD à Notre-Dame-des-Landes a été vandalisée, annonce France Bleu Loire-Océan ce samedi matin. Il avait déposé une pétition pour demander l'évacuation de la ZAD. Sur des photos, on peut voir des tiroirs arrachés et de nombreuses inscriptions et insultes sur les murs.

"La porte d'entrée a été forcée. Tous les tiroirs ont été ouverts. Ils ont fouillé dans tous les meubles. Tous les murs sont taggés. "Vendus", "batards", "enfoirés"... J'étais en rage. Parce qu'on a décidé de témoigner à visage découvert, on a été squattés, vandalisés, mais à ce point là, jamais. Je suis en train d'écrire à François Hollande, et de lui envoyer les photos pour lui montrer ce qui s'est passé dans ma maison ", témoigne, la gorge nouée, la propriétaire des lieux.  

"Ils ont fouillé dans tous les meubles" - la propriétaire de la maison vandalisée
écouter

Manifestation à Nantes ce samedi après-midi

Les opposants au projet d'aéroport organisent à la mi-journée ce samedi une manifestation sous la forme d'une farandole itinérante, qu'ils annoncent  pacifique, à Nantes, dans les rues du centre-ville. La plupart des commerçants vont ouvrir leurs enseignes normalement.

Lundi, onze familles et quatre agriculteurs "historiques", installés sur les terres prévues pour accueillir le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, seront fixés sur leur éventuelle expulsion, réclamée par le concessionnaire du site, une filiale de Vinci.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.