Moteurs diesel polluants : 16 marques de voiture épinglées

Une enquête allemande pointe du doigt 16 marques, dont Renault, qui présentent des irrégularités sur les émissions polluantes. Cette enquête a été lancée il y a un an, en Allemagne, après le scandale Volkswagen. La marque avait reconnu avoir triché lors des tests de pollution pour ses moteurs diesels à l'aide d'un logiciel truqueur. 630 000 voitures allemandes vont être rappelées.

(Le "dieselgate" éclabousse 16 marques automobiles en Allemagne © REUTERS/Anindito Mukherjee)

Le ministre allemand des Transports a rendu public ce vendredi les conclusions de l'enquête menée sur toutes les marques de voitures roulant au diesel dans le pays. D'après ce rapport, 16 marques automobiles présentent des anomalies concernant les seuils d'émission polluantes, dont cinq allemandes, la française Renault et les japonaises Suzuki et Nissan.

La liste complète : Alfa Romeo, Audi, Chevrolet, Dacia, Fiat, Hyundai, Jaguar, Jeep, Land Rover, Mercedes, Nissan, Opel, Porsche, Volkswagen, Renault, Suzuki.

630 000 voitures diesels allemandes rappelées en Europe

Le ministre des Transports a aussi confirmé que 630 000 voitures diesel allemandes (Opel, Volkswagen, Porsche, Audi et Mercedes) vont être rappelées en Europe. Toutes ces marques n'ont pas forcément eu recours à un logiciel tricheur, comme Volkswagen, pour passer les tests. Mais il s'avère que sur la route, les émissions polluantes dépassent les seuils à cause d'un mécanisme qui est desactivé.

En effet, le système de filtration des émissions polluantes ne fonctionne plus dès que la température extérieure descend sous un certain seuil. Ce procédé n'est autorisé que lorsqu'il y a un risque de dégât pour le moteur, selon les normes européennes, mais ne doit pas être systématique. C'est pourquoi le gouvernement allemand exige que les constructeurs allemands rappellent ces voitures pour revoir le système.

Chez Renault on assure que les émissions d'oxyde d'azote sur certains de ses modèles diesel seront réduits grâce à des évolutions techniques, qui seront appliquées en usine à partir de juillet. Cet engagement a été pris début avril après que la commission mise en place par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, chargée de tester 100 véhicules de différentes marques, a pointé des dépassements sur route allant jusqu'à 10 fois la norme pour certains.

Daimler, Mitsubishi, PSA éclaboussés

L'affaire Volkswagen n'a pas fini d'éclabousser le monde des constructeurs automobiles. Ces derniers jours, les révélations et les rebondissements se multiplient. D'autres noms du secteur sont visés comme Daimler, Mitsubishi et PSA.

Les autorités américaines ont demandé au fabricant de Mercedes-Benz, Daimler, d'ouvrir une enquête interne sur la manière dont sont certifiées les émissions polluantes de ses voitures aux Etats-Unis. Daimler est accusé de contourner les normes de pollution par des automobilistes.

Mitsubishi Motors a, de son côté, avoué mercredi avoir manipulé les tests d'émissions d'au moins 625 000 véhicules. Le groupe, connu pour ses 4×4 Outlander et Pajero, a présenté ses excuses et décidé d'arrêter la production et les ventes des modèles en cause. A titre de comparaison, Volkswagen avait installé un logiciel truqueur dans 11 millions de véhicules dans le monde.

A LIRE AUSSI ►►► Moteurs diesel truqués : Volkswagen trouve un accord avec l'Etat américain

Quant au groupe français PSA Peugeot-Citroën, quatre de ses sites ont été perquisitionnés jeudi. Les services français de la répression des fraudes (DGCCRF) enquêtent sur des "anomalies" sur les niveaux d'émissions. A ce jour, aucune conclusion n'a été rendue. La direction de PSA a, elle, affirmé dans un communiqué que ses véhicules étaient conformes "en matière d'émission de polluants, dans tous les pays où il opère".