Un maire refuse de marier les couples homosexuels au nom d'une "loi naturelle"

Jacques Tissier, maire de Fontgombault, petit village de l'Indre, estime qu'une "loi naturelle, supérieure aux lois humaines" le lui permet, et menace de démissionner s'il y est contraint.

Le maire et le conseil municipal de Fontgombault (Indre) refusent de marier les couples homosexuels.
Le maire et le conseil municipal de Fontgombault (Indre) refusent de marier les couples homosexuels. (GETTY IMAGES)

C'est l'épisode de trop pour certains habitants de Fontgombault, petit village pas si tranquille de l'Indre. Leur maire, Jacques Tissier, s'est à nouveau distingué pour son opposition au mariage des homosexuels. Comme le raconte France 3 Centre, mercredi 6 novembre, les quelque trois cents habitants de la commune ont reçu le compte-rendu du dernier conseil municipal qui s'est déroulé le 24 octobre. Il y est indiqué que le "maire et ses adjoints démissionneront dans le cas où ils seraient contraints de procéder" à un mariage homosexuel.

Le conseil municipal considère qu'une "loi naturelle, supérieure aux lois humaines" le lui permet, justifiant cette décision par "d'autres raisons de conscience et de religion". Ce n'est pas une première pour Jacques Tissier, qui s'était déjà fait connaître pour son opposition à la loi sur le mariage pour tous. Avant l'examen du projet de loi, il déclarait déjà "Hors de question de marier des pédés ! Je ne le ferai pas !" comme le rappelle La Nouvelle République du Centre.

Des habitants dénoncent des entorses à la laïcité

Signataire de l'appel contre le mariage homosexuel du collectif des maires pour l'enfance, Jacques Tissier avait déjà signé un courrier dans lequel il estimait que "dans les unions homosexuelles, sont complètement absents les éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille". Se présentant comme "baptisé et catholique pratiquant", il ajoute que "la loi des hommes ne saurait prévaloir pour un chrétien, contre sa conscience, qu'elle soit portée par une assemblée ou par un peuple entier". En janvier 2010, Jacques Tissier avait déjà fait grincer les dents de nombreux administrés en invitant les participants à sa cérémonie de vœux de bonne année à déclamer avec lui un "Notre père" et un "Je vous salue Marie" destinés aux sinistrés d'Haïti.

Certains habitants de Fontgombault se disent exaspérés par ce qu'il considère comme des entorses à la laïcité du maire. Ce dernier refuse de commenter la décision de son conseil municipal, mais déclare que "les gens qui ne sont pas d'accord avec moi peuvent venir me voir à la mairie". Un habitant cité par La Nouvelle République du Centre appelle même les couples homosexuels à venir se marier dans leur commune pour provoquer la démission de Jacques Tissier.