PMA pour toutes : huit mois après son lancement, le dispositif attire de nombreuses femmes seules

Le comité de suivi de la loi bioéthique a publié les chiffres pour le 1er trimestre 2022, avec plusieurs surprises notables, au-delà des prévisions.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

Depuis le 29 septembre 2021, la procréation médicalement assistée (PMA) est désormais possible pour toutes les femmes, dans le cadre de la loi sur la bioéthique. Huit mois après son lancement, selon les chiffres publiés par le comité de suivi, le dispositif connaît un succès grandissant, au-delà des prévisions.

Ainsi, pour le 1er trimestre 2022, il y a eu 5126 demandes au total. Et l'une des surprises majeures : les femmes seules sont plus nombreuses que les couples de femmes à demander une assistance médicale à la procréation. Elles représentent 53% des demandes contre 47% pour les couples de femmes.

>> Enquête franceinfo. Quand des tests ADN jettent le trouble sur le recours de gynécologues à leur propre sperme pour des inséminations

Un fort intérêt, des délais d'attente plus longs

Comme l'autorise également la loi, la conservation de ses gamètes sans motif médical séduit de plus en plus de femmes. Les demandes de gel des ovocytes de la part de femmes qui n'ont pas de problème médical explosent : elles ont presque doublé par rapport au dernier trimestre de l'année dernière, soit plus de 2500 dossiers déposés. Revers de la médaille : les délais d'attente s'allongent. Il faut attendre plus d'un an avant d'être pris en charge dans un centre.

Autre bonne surprise de ce bilan sur les trois premiers mois de l'année : les dons de spermatozoïdes sont en hausse par rapport à l'an dernier. L'accès aux origines qui sera bientôt ouvert aux enfants issus de dons à leur majorité n'a visiblement pas effrayé les volontaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.