Cet article date de plus de sept ans.

Mariage des homosexuels : l'UMP sonne la charge

Laurent Wauquiez accuse le PS de "passer en force". Christian Jacob demande des "états généraux".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député-maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire), à Marcq-en-Barœul (Nord), le 27 septembre 2012. (BAZIZ CHIBANE / SIPA)

MARIAGE ET HOMOPARENTALITE - A trois jours de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi sur le mariage "pour tous", l'opposition se mobilise. Le député UMP Laurent Wauquiez a appelé dimanche 4 novembre l'exécutif à prendre le temps de la concertation sur la question du mariage et de l'adoption par les couples homosexuels, faute de quoi il faudra "évidemment" que la droite supprime cette réforme une fois revenue au pouvoir.

Interrogé à l'émission "12/13 Dimanche" sur France 3, l'ancien ministre, soutien de François Fillon pour la présidence de l'UMP, a accusé le gouvernement de vouloir "passer en force" sur cette promesse de campagne de François Hollande. "On est en train sur ce sujet d'avoir une exacerbation des tensions (...) parce que le temps de la concertation n'a pas été pris par le gouvernement", a-t-il dit. 

Francetv info

Christian Jacob veut des états généraux

A la question de savoir si le cardinal André Vingt-Trois, qui a tenu des propos sévères samedi, était dans son rôle en demandant aux chrétiens de protester auprès des élus, le député-maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) a répondu : "C'est évident qu'il est dans son rôle (...) On a une réaction de l'ensemble des religions qui sont toutes opposées à ce projet et je le dis vraiment, avec un appel qui est même un peu solennel, François Hollande doit prendre le temps !"

Vendredi, Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a lui aussi estimé que si le texte sur le mariage homosexuel était adopté par le Parlement, la droite devrait "l'abroger" à son retour au pouvoir. Il entend demander "dès cette semaine au président de l'Assemblée de créer une commission spéciale" pour examiner le texte. Christian Jacob a "également écrit au président de la République, au Premier ministre et au président du Comité consultatif d'éthique pour leur demander un grand débat sous forme d'états généraux".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.