Mariage des homos : Civitas va porter plainte contre les militantes de Femen

Le président du mouvement, Alain Escada, estime que les activistes se sont rendues coupables d'exhibition sexuelle et de violences lors de la manifestation contre le mariage pour tous, organisée dimanche. Que risquent-elles ?

Des miitantes du Femen vident des extincteurs à la manifestation de Civitas contre le mariage pour tous, dimanche 18 novembre.
Des miitantes du Femen vident des extincteurs à la manifestation de Civitas contre le mariage pour tous, dimanche 18 novembre. (CITIZENSIDE / AFP)

MARIAGE ET HOMOPARENTALITE – L'institut Civitas, mouvement catholique intégriste organisateur de la manifestation du 18 novembre contre le mariage pour tous, va porter plainte contre le mouvement féministe Femen. C'est ce qu'indique son président, Alain Escada, mardi 20 novembre, dans un communiqué publié sur le site du mouvement.

La journaliste Caroline Fourest, violemment prise à partie avec plusieurs militantes de Femen, a elle annoncé lundi qu'elle portait plainte contre Civitas.

Que reproche Civitas aux militantes du Femen ?

Selon lui, les activistes sont "venues contre-manifester illégalement", "sans déclaration préalable". Civitas accuse aussi les Femen de s'être rendues coupables "d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants (...), violences en réunion et avec armes y compris contre des enfants, entrave concertée à la liberté de manifestation par menaces, violences et voies de fait ainsi que pour injures envers Civitas et les manifestants en raison de leur appartenance à la religion catholique".

Que risquent-elles ?

D'après l'avocat Maître Eolas, 6 mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende pour "manifestation non déclarée", dit-il sur son compte Twitter. Elles s'exposeraient aussi à un an de prison et 15 000 euros d'amende pour exhibition, et trois ans plus 45 000 euros d'amende pour avoir participé à la manifestation avec des armes "par destination", en l'occurrence des extincteurs, comme le montre cette image, postée sur Twitter.

Des miitantes du Femen vident des extincteurs à la manifestation de Civitas contre le mariage pour tous, dimanche 18 novembre.
Des miitantes du Femen vident des extincteurs à la manifestation de Civitas contre le mariage pour tous, dimanche 18 novembre. (TWITTER)
 

D'après l'avocat, elles encoureraient aussi 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende pour "violences en réunion avec arme n'ayant pas entrainé d'incapacité de travail (faire usage des extincteurs)".

Que risque Civitas ?

Caroline Fourest a elle annoncé lundi porter plainte contre Civitas. L'institut se défend des dérapages qui se sont produits lors de la manifestation. "Contrairement à ce que prétendent certains médias et politiques, aucun membre de l’organisation de Civitas ne s’est rendu coupable de la moindre violence envers ces Femen", indique le mouvement.

De nombreuses photos et vidéos montrent les militantes et la journaliste prises à partie. La police a procédé à cinq interpellations, mais on ignore pour le moment si les agresseurs appartenaient ou non à Civitas. D'après Maître Eolas, les agresseurs risquent 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende pour violences en réunion. "Si incapacité de travail supérieures à 8 jours, on passe à 5 ans/75 000 euros", indique l'avocat.