Manif pour tous : malaise autour de la présence de Collard aux côtés de l'UMP

Des députés PS et UDI dénoncent des accointances entre la droite et l'extrême droite. Marine Le Pen et Jean-François Copé ont également réagi.

Le député Rassemblement bleu Marine, Gilbert Collard (à d.), a défilé contre le mariage pour tous, accompagné de Christine Boutin (en blanc), et de députés UMP, dimanche 21 avril 2013, à Paris.
Le député Rassemblement bleu Marine, Gilbert Collard (à d.), a défilé contre le mariage pour tous, accompagné de Christine Boutin (en blanc), et de députés UMP, dimanche 21 avril 2013, à Paris. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Sa présence dans le cortège de la Manif pour tous crée des remous. Le député Rassemblement bleu Marine Gilbert Collard était derrière la banderole des élus, notamment de l'UMP, lors de la manifestation contre le mariage pour tous, dimanche 21 avril. UMP et FN ont tenté de désamorcer la polémique, lundi.

Dès le début du défilé, l'élu du Gard prend place à l'une des extrémités de la grande banderole tenue par les élus et sur laquelle on peut lire : "Tous gardiens du Code civil." A ses côtés se trouvent notamment le secrétaire général adjoint du FN, Nicolas Bay, et la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l'UMP), Christine Boutin. La banderole est également tenue par les députés UMP Patrick Ollier, Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson, ou encore par l'UDI Jean-Christophe Fromantin.

Le PS et l'UDI attaquent, mais pas trop

Immédiatement, des députés PS et UDI dénoncent des accointances entre la droite et l'extrême droite. "Quand l'alliance UMP et FN se fait dans la rue lors de la #manifpourtous... #collard avec les UMP", écrit le député PS du Cher, Yann Galut, sur Twitter. De son côté, le député UDI de Seine-et-Marne Yves Jégo, favorable au mariage homosexuel, se demande, toujours sur le réseau social : "Comment peut-on se dire de centre droit et défiler côte à côte avec un haut dignitaire du #FN tout en niant la légitimité du Parlement ?!"

Lundi matin, la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, se dit "inquiète" "de voir une partie de la droite se radicaliser et banaliser la fréquentation avec le Front national". Tandis qu'Hervé Morin, président de l'UDI, prend ses distances : "Il ne doit pas y avoir de collusion avec le FN et moi je ne me prêterai jamais à cela. Et, en même temps, très clairement, on ne peut pas s'opposer à la venue d'un parlementaire qui a été élu, qui est un représentant de la Nation et qui participe à une manifestation."

L'UMP embarrassée

"Manifeste chaque citoyen qui partage les convictions de ceux qui ont organisé la rencontre, donc moi je ne me préoccupe pas des autres", a d'abord déclaré le vice-président de l'UMP, Brice Hortefeux, interrogé lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Le député des Hauts-de-Seine Patrick Ollier n'est pas de cet avis et fait part de son malaise sur Twitter. 

"Je n'accepterai sur le plan politique aucune collusion avec l'extrême droite", a déclaré de son côté Jean-François Copé, le président de l'UMP, invité de RTL. La présence de Gilbert Collard "est bien sûr un voisinage malheureux et l'UMP ne fait aucune collusion avec l'extrême droite".

Le FN contre-attaque

Interrogé par le Journal du dimanche sur les différentes critiques, Gilbert Collard déclare lundi : "Je m'en fous (...), ça me laisse complètement indifférent", soulignant qu'"il n'y a pas eu d'hostilité manifeste de la part des élus UMP". Le député du Rassemblement bleu Marine affirme que l'UMP "pique la plupart [des] idées [du FN], sur l'aide médicale d'Etat, sur les allocations familiales, sur le référendum sur le mariage pour tous". Et de demander au président de l'UMP, Jean-François Copé, d'être "cohérent", avant de le qualifier de "girouette législative".

De son côté, la présidente du FN, Marine Le Pen, met les points sur les "i" sur France info, lundi matin : "Nous sommes des opposants à l'UMP dont nous considérons qu'ils sont les coresponsables de la situation de notre pays." Pour la patronne du FN, "il n'en demeure pas moins qu'en démocratie, il peut vous arriver de vous retrouver sur une même opinion avec des partis politiques que par ailleurs vous contestez." La veille, elle avait estimé, sur France 2, que la Manif pour tous avait été "reprise en main par l'UMP". Elle avait également critiqué le fait que les cadres de son parti ne puissent prendre la parole à la tribune en fin de manifestation.