Cet article date de plus de huit ans.

En Angleterre, le mariage gay divise les prêtres anglicans

Un prêtre qui épouse son compagnon athée par amour, un autre qui s'unit à un migrant musulman pour lui obtenir des papiers : l'Eglise d'Angleterre est confrontée à la question du mariage des homosexuels.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants pour le mariage pour tous s'unissent symboliquement, le 15 avril 2012, à Lannion (Côtes-d'Armor). (FRED TANNEAU / AFP)

"Nous avons confirmé la salle et réservé le restaurant. Ravi. Ce jour sera fantastique. Reste plus qu'à prier pour avoir du soleil". Sur son compte Twitter, Andrew Cain fait part d'une impatience somme toute classique chez un futur marié. Mais il n'est pas un fiancé ordinaire. Contre l'avis de l'Eglise anglicane, il deviendra en juin le premier prêtre de l'histoire de cette église, vieille de 500 ans d'histoire, à épouser un autre homme, rapporte The Daily Beast (en anglais), lundi 24 mars.

Une union qui fait scandale au sein de ce culte qui autorise les "vicars" (équivalent de pasteurs) à se marier, mais qui a refusé de reconnaître la loi sur l'union des homosexuels, tout juste adoptée en Grande-Bretagne. Ainsi, le père Cain n'a même pas la permission de célébrer un mariage entre deux personnes de même sexe. 

Un débat et (peut-être) des sanctions

"Ignorant la consigne, Cain, 50 ans, et son fiancé Stephen Foreshaw, 40 ans, ont officiellement déposé leur demande de se marier à la mairie de Camden, à Londres, la semaine dernière", écrit le site américain, qui précise que l'homme qui partage la vie du religieux est, quant à lui, athée. 

Cet affront pourrait déboucher sur des sanctions, voire sur une expulsion de l'Eglise, selon un officiel du clergé, cité par The Daily Beast. En attendant, il met à jour les divergences au sein de cette Eglise qui a déjà opéré un changement fondamental en 2010 en autorisant les femmes à devenir pasteurs. 

Un "mariage gay" antérieur entre un prêtre et un migrant musulman ?

L'histoire d'amour du père Andrew Cain intervient au moment où un autre mariage homosexuel interpelle l'Eglise d'Angleterre : celui du père Edward Minchew, prêtre catholique, et de Mustajab Hussain, un pakistanais, musulman. Un mariage "blanc", ce dernier cherchant à obtenir des papiers pour travailler en Grande-Bretagne, explique The Daily Mail (en anglais), lundi. Une union civile scellée en 2008, à l'époque où le père Minchew appartenait à l'Eglise anglicane. Il l'a en effet quitté en 2010, pour protester... contre l'ordination des femmes. 

Selon le quotidien britannique, il a été suspendu par ses supérieurs au sein de sa nouvelle Eglise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.