Cet article date de plus de neuf ans.

Garde d'enfants : quatre pères passent la nuit dans la cathédrale d'Orléans

Ils réclament que "le droit des enfants à leurs deux parents soit respecté par la justice" en cas de divorce.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Quatre pères s'apprêtent à passer la nuit sur une terrasse de la cathédrale d'Orléans (Loiret), le 9 mai 2013. (ALAIN JOCARD / AFP)

Ils réclament de voir leurs enfants, qui vivent avec leurs mères, plus souvent. Quatre pères ont passé la nuit de jeudi à vendredi 10 mai dans la cathédrale d'Orléans (Loiret), où ils sont retranchés depuis jeudi après-midi.

Au total, neuf parents, dont une mère, ont investi jeudi une terrasse du monument au-dessus de la façade principale, au pied de la tour sud. Cinq en sont redescendus dans la soirée. Les quatre pères ont passé la nuit "sur cette terrasse", a expliqué l'un d'eux, Frédéric Foroughi.

"On est déterminés à rester là-haut"

"On a posé une tente sur la terrasse, on a des duvets et de quoi se nourrir. On s'est relayés pour dormir, deux par deux. On est déterminés à rester là-haut", a-t-il expliqué, soulignant qu'il "ne vo[yait] plus ses deux enfants qu'un week-end sur deux, soit quatre jours par mois".

Le groupe réclame la "coparentalité" et que "le droit des enfants à leurs deux parents soit respecté par la justice" en cas de divorce. "Un an après la séparation des parents, il y a 30% des enfants qui ne voient plus le parent à qui ils n'ont pas été confiés", avait affirmé jeudi un des membres du groupe, Jean Le Bail. "Et dans 80% des cas, c'est le père qui est exclu de la vie des enfants", avait-il poursuivi.

Venu de plusieurs endroits de France, dont la Bretagne, la Lorraine, ou les villes de Caen, de Belfort et de Périgueux, le groupe a investi la cathédrale jeudi après-midi à l'occasion d'une visite de l'édifice qu'il avait lui-même organisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.