Un policier découvre des menaces inscrites sur sa porte de domicile à Pontault-Combault

Le policier victime est un membre de la brigade anti-criminalité de nuit de la préfecture de police de Paris.

Sur une photo diffusée par les syndicats de police, on peut lire sur la porte \"ACAB\" pour \"all cops are bastards\", et \"flic suicidé à moitié pardonné\"
Sur une photo diffusée par les syndicats de police, on peut lire sur la porte "ACAB" pour "all cops are bastards", et "flic suicidé à moitié pardonné" (DR)

Des tags menaçants ont été inscrits sur la porte du domicile d’un policier à Pontault-Combault en Seine-et-Marne. Des inscriptions découvertes par le fonctionnaire après son service en rentrant chez lui le matin du samedi 7 décembre. Le policier victime est un membre de la brigade anti-criminalité de nuit de la préfecture de police de Paris.

Sur une photo diffusée par les syndicats de police, on peut lire sur la porte "ACAB" pour "all cops are bastards", et "flic suicidé à moitié pardonné", avec de belles fautes d’orthographe.

Selon les premiers éléments de l\'enquête, les inscriptions ont été faites entre 4h et 7h du matin.
Selon les premiers éléments de l'enquête, les inscriptions ont été faites entre 4h et 7h du matin. (DR)

Une enquête ouverte

Le parquet de Melun a ouvert une enquête en flagrance, pour menaces sur personne dépositaire de l'autorité publique. L'enquête a été confiée au commissariat de Pontault-Combault. Selon les premiers éléments de l'enquête, les inscriptions ont été faites entre 4h et 7h du matin.

Voir qu'on touche à la vie personnelle d'un policier, c'est très inquiétantEmmanuel Cravello, syndicat allianceà franceinfo

Le secrétaire national adjoint Ile-de-France du syndicat de police Alliance, Emmanuel Cravello, assure qu'il y a eu aussi "des dégradations à son domicile, puisque son appartement a été inondé" en plus des tags menaçants. "On espère que l'enquête sera menée rapidement (...) ça engendre de l'émotion dans nos rangs", a ajouté le syndicaliste à franceinfo.