Police : témoignages de la dure réalité du terrain

Pour mieux comprendre la colère des policiers, deux d'entre eux témoignent. Ils interviennent à Vitrolles et dans certains quartiers de Marseille (Bouches-du-Rhônes).

France 2

Ils sont confrontés à des violences quotidiennes. Hervé Lefebvre, en poste au commissariat de Vitrolles, a 30 ans de métier. "Vous arrivez sur un différend familial. Le mec pète un plomb, sort un couteau et vous court après. Ça m'est arrivé" relate le policier. Aujourd'hui, il est fatigué par les violences à répétition et les lourdeurs administratives.

"On prend le risque de se faire piéger"

Cet autre policier préfère garder l'anonymat. Il travaille dans les quartiers difficiles de Marseille. "On patrouille dans un cité, s'ensuit à notre arrivée une pluie de pierres qui vient du toit de l'immeuble. Des pluies vraiment denses et conséquentes qui explosent lune trentaine de pare-brises de véhicules stationnés sur le parking de la cité. On prend le risque de se faire piéger. Moi j'étais blessé" raconte-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers manifestent devant l\'hôpital Saint-Louis à Paris, le 19 octobre 2016, où est pris en charge leur collègue grièvement blessé. 
Des policiers manifestent devant l'hôpital Saint-Louis à Paris, le 19 octobre 2016, où est pris en charge leur collègue grièvement blessé.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)