Cet article date de plus de deux ans.

Police : Christophe Castaner renforce le dispositif contre les suicides

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Police : Christophe Castaner renforce le dispositif contre les suicides
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Après la vague de suicides dans la police depuis le début de l'année 2019, le ministre de l'Intérieur crée une nouvelle cellule anti-suicide.

Cette vague de suicides préoccupe au plus haut niveau de l'État. Depuis le début du mois de janvier, 28 policiers ont mis fin à leurs jours. Ils étaient 35 sur toute l'année 2018. Aucun service, aucun grade n'est épargné. Pour tenter d'endiguer le nombre de passages à l'acte, Christophe Castaner présente une nouvelle cellule anti-suicides, et appelle les policiers à oser parler de leur souffrance. "C'est parce qu'il y a de la peur, parce qu'il y a de la honte, un silence imposé, un silence peut-être considéré par certains comme naturel au fond, on pourrait laisser penser que le suicide est un risque du métier, que le suicide serait une fatalité dans la police", regrette le ministre de l'Intérieur.

Des mesures pas suffisantes pour le syndicat Alliance

Concrètement, les policiers pourront appeler une ligne téléphonique dédiée pour demander de l'aide à des psychologues. Elle existait déjà, mais désormais elle sera disponible 7 jours sur 7 et 24h/24. La nouvelle cellule devrait aussi améliorer la détection des situations de fragilité dès le recrutement et permettre un meilleur suivi pour les policiers qui ont déjà pensé à passer à l'acte. Pour Frédéric Galea, du syndicat de police Alliance, ces mesures ne sont pas suffisantes et il explique que ce qu'il souhaite, c'est une action "en amont et voir comment régler les problèmes de conditions de travail, d'organisation de travail, de management". Les syndicats de policiers doivent être reçus par les responsables de cette structure anti-suicides, dès la semaine prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Manifestation des policiers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.