Manifestations policières : "les policiers sont compris", selon Bernard Cazeneuve

La colère des policiers a franchi un nouveau stade mardi soir. Pour calmer le jeu, Bernard Cazeneuve écarte toute sanction et fait des annonces.

FRANCE 2

L'image du jour est forte : un directeur de la police nationale bloqué et conspué par ceux qui sont censés lui obéir et faire régner l'ordre. Sifflets à la sortie du directeur de la police nationale mardi 18 octobre, Jean-Marc Falcone était face à ses propres collègues, qui lui reprochent de vouloir sanctionner leurs collègues qui ont manifesté lundi soir. L'un d'entre eux se jette même sous les roues de la voiture de son patron avant d'être évacué de force. "On est considérés comme des voyous alors que je pense que la priorité serait de retrouver ceux qui ont brûlé nos collègues", se plaint un des manifestants.

Moyens supplémentaires et concertations rapides

Bernard Cazeneuve compte sur les syndicats pour calmer la colère et il les a reçus cet après-midi. Son mot d'ordre ce mercredi soir : soutien à la police. "Les policiers sont compris et ils sont soutenus, non seulement par leur hiérarchie, non seulement par le gouvernement, mais surtout par tous les Français", dit-il. Moyens supplémentaires, concertations rapides... Les mesures annoncées par le ministre de l'Intérieur calmeront-elles la grogne des policiers ?

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers manifestent sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 octobre 2016.
Des policiers manifestent sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 octobre 2016. (BORIS HORVAT / AFP)