VIDEO. "C'est une goutte d'eau" : la colère des policiers ne retombe pas malgré l'accord sur des hausses de salaire

Les policiers, très mobilisés mercredi 19 décembre, ont obtenu une augmentation de salaire. Leur grève du zèle a porté ses fruits. 

FRANCE 2

Il est un peu plus de minuit jeudi 20 décembre place Beauvau quand les représentants des trois principaux syndicats de police sortent satisfaits après six heures de négociation et des discussions parfois tendues avec le ministre de l’Intérieur. "On a obtenu une avancée assez conséquente", a déclaré Yves Lefebvre du syndicat Unité SGP police FO. Dans le détail, l'accord entre le gouvernement et les syndicats porte principalement sur la revalorisation des salaires des policiers : 120 € nets par mois pour les gardiens de la paix et 150 € pour les hauts gradés d'ici un an. "Négocier quelque chose qui était inférieur à 100 euros, c'était inconcevable", explique Philippe Capon, du syndicat UNSA police.

Une mobilisation qui se poursuit ?

Selon le ministère, le coût total de ces revalorisations de salaire est de 70 millions d'euros. Christophe Castaner renonce en revanche à verser la prime exceptionnelle de 300 €, sauf pour les personnels techniques et administratifs. Quant aux discussions sur les heures supplémentaires non payées, elles doivent se poursuivre en janvier. Néanmoins, le mouvement Mobilisation des policiers en colère, qui a publié jeudi 20 décembre une vidéo sur les réseaux sociaux avec le slogan "Nous ne lâcherons rien", n'est pas satisfait pas l'accord obtenu. "On attendait des meilleures conditions de travail, des meilleurs locaux, du matériel en meilleur usage", détaille Eric. Le mouvement appelle les policiers à poursuivre la mobilisation.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Le malaise de la police, ça fait 10 ans qu\'il est à son apogée\", dénonce Perrine Sallé. En 2008, ils manifestaient déjà leur colère aux côtés des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux. 
"Le malaise de la police, ça fait 10 ans qu'il est à son apogée", dénonce Perrine Sallé. En 2008, ils manifestaient déjà leur colère aux côtés des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux.  (BERTRAND GUAY / AFP)