Manif pour tous, rassemblement contre l'homophobie : "réussites" pour les organisateurs

Deux manifestations avaient lieu ce dimanche à Paris : d'un côté, les opposants au mariage pour tous ont défilé à l'appel du collectif Manif pour tous. Ils étaient 45.000 selon la police, 270.000 selon les organisateurs. De l'autre, quelque 3.500 partisans de "l'égalité des droits" selon la police, 15.000 selon les organisateurs, se trouvaient place de la Bastille pour un rassemblement contre l'homophobie. Malgré des chiffres très différents, les organisateurs des deux événements parlent de réussite.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ni l'un
ni l'autre des rassemblements n'ont dégénéré. Alors que les manifestants
réunis, place de la Bastille, contre l'homophobie, commençaient à se disperser
aux alentours de 17h30, les opposants au mariage pour tous se tenaient toujours
au point d'arrivée de leur cortège, devant l'hôtel des Invalides. Ils se sont
dispersés aux alentours de 18h45.

Une nouvelle fois, les
chiffres avancés par les organisateurs et par les autorités sont extrêmement
différents : selon la préfecture de police, 45.000 manifestants étaient
présents dans le cortège de la Manif pour tous. Ils étaient 270.000 selon les
organisateurs. Place de la Bastille, ceux qui s'étaient réunis contre
l'homophobie étaient 3.500 selon la police, et 15.000 selon les organisateurs.

Les "visages de la
haine
" exposés à la Bastille

Le rassemblement contre
l'homophobie
, organisé à l'initiative de l'association Act-Up, est "clairement
une réussite
" selon la responsable de l'association Laure Pora. "On
voulait montrer que les minorités sexuelles pouvaient être visibles, qu'on est
là et que nos vies ont la même valeur que celle des autres
", explique-t-elle.

Les manifestants portaient
des pancartes exposant les "visages de la haine ", ceux de
Christine Boutin ou encore de Jean-François Copé, accompagnés de certaines de
leurs citations.

La proximité des élus FN avec ceux de l'UMP, mais aussi avec Frigide Barjot, n'a pas manqué de faire réagir, notamment sur les réseaux sociaux.

Nouveau rassemblement le 26 mai

Bien que le second – et dernier
– vote solennel doit avoir lieu à l'Assemblée mardi, les opposants à la loi
entendent organiser un nouveau rassemblement national le 26 mai. "Mardi,
c'est un incident de parcours, mais ça n'empêchera pas la détermination et
l'action qui se poursuivra
", a déclaré Christine Boutin.