Cet article date de plus de trois ans.

Les trois quarts des Français favorables à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, selon un sondage

Un Français sur deux est également partisan de l'autorisation de la GPA, d'après une enquête Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, que franceinfo vous rélève.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ventre d'une femme enceinte, le 22 octobre 2015. (MAXPPP)

Les trois quarts des Français (75%) sont favorables à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Et un Français sur deux est partisan de l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA). Voici les deux principaux enseignements d'un sondage Ipsos-Sopra Steria* pour France Télévisions et l'émission "Questions directes", diffusée sur France 2 mercredi 13 juin à 22h35. 

Plus de quatre Français sur 10 pour la rémunération des mères porteuses

Les femmes (80%) les plus jeunes (moins de 35 ans)  sont les plus favorables (78%) à l'ouverture de la PMA à toutes. Les sondés sont toutefois un peu plus partisans de l'ouverture de la PMA aux femmes célibataires (72%) qu'aux femmes homosexuelles en couple (66%). Les plus âgés (60 ans et plus) sont aussi les plus réservés (59%) en ce qui concerne ces dernières.

Les femmes (52%) et les moins de 35 ans (58%) sont parmi les plus favorables à la GPA. Plus de quatre Français sur dix (44%) sont pour la rémunération des mères porteuses si la GPA est autorisée. Et les moins de 35 ans en particulier sont majoritairement favorables (57%) à une rémunération des mères porteuses.

*Sondage réalisé par internet auprès d'un échantillon représentatif de 1 017 personnes selon la méthode des quotas, du 7 au 11 juin. L'émission "Questions directes" sera diffusée sur France 2 mercedi 13 juin à 22h35 sur France 2, et aura pour thème "PMA-GPA : un enfant pour tous ?".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gestation pour autrui

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.