VIDEO. Gay Games 2018 : la natation synchronisée n'est pas réservée aux filles et ces athlètes aimeraient vous le prouver

Les Gay Games s'ouvrent samedi 4 jusqu'au 12 août. L'occasion de s'intéresser à une discipline dite "féminine" mais pratiquée aussi par des hommes : la natation synchronisée. 

FRANCEINFO

"Des hommes qui font de la natation synchronisée, ça n'existe pas !" "C'est pour les filles !" "Et bien non !", répondent Christian et Daniel, tous deux "nageurs synchro". Ces athlètes seront présents à la dixième édition des Gay Games, qui se déroule à Paris entre le samedi 4 et le dimanche 12 août. Ils concourent dans la discipline "natation artistique" où plus de 80 nageurs et nageuses s'affronteront, à partir du 6 août, au stade nautique Maurice Thorez à Montreuil (Seine-Saint-Denis). 

Christian, 64 ans, est l'un des membres-fondateurs de la section "natation artistique" du club Paris Aquatique. Il y nage depuis une vingtaine d'années, rejoint par Daniel, 31 ans, nageur de course, qui est arrivé il y a deux ans. Ce qui les a attirés dans cette discipline, c'est la combinaison de l'art et du sport

On s'imagine que c'est juste lever les jambes, faire un ballet, mais derrière, il y a un vrai sport.

Daniel

à franceinfo

Homophobie et sexisme 

Ce sport, né au début du XXe siècle et jusque-là exclusivement féminin, tend à devenir mixte. Certaines fédérations nationales, comme celles des États-Unis, du Canada, de l'Italie ou de la France acceptent désormais les compétiteurs masculins. Depuis les championnats du monde de 2015 à Kazan (Russie), les duos mixtes sont autorisés. Une première pour une compétition internationale. Cependant, aux Jeux olympiques, seules les femmes y concourent depuis 1984. Christian et Daniel espèrent fortement que leur discipline devienne olympique pour les JO de Paris en 2024.

Mais ils restent lucides sur l'image qui colle à ce sport. Christian dénonce avec ironie l'attitude des fédérations internationales qui ne voient pas d'un bon œil "l'arrivée de concurrents masculins dans une compétition qu'on préfère qualifier de féminine parce que 'la grâce est féminine', comme chacun le sait, et que 'les hommes ne sont pas capables d'en faire autant'." Il pointe aussi le double discours des institutions officielles.

Les fédérations internationales ne cachent absolument pas leur homophobie et leur sexisme bien qu'elles aient des discours officiels totalement opposés.

Christian

à franceinfo

Daniel milite aussi en dehors des bassins. Quand on lui reproche que ce n'est pas "naturel" ou "normal" de pratiquer ce sport lorsqu'on est un homme, il se lance dans un "travail pédagogique". Car, ce qu'il trouve intéressant dans la pratique de cette discipline, "c'est de ré-interroger tous ces stéréotypes et les réactions négatives me permettent d'ouvrir le débat". 

Entraînement de Virginie Dedieu et Benoit Beaufils, duo mixte de natation synchronisée, le 18 mars 2015 à l\'Institut national du sport (INSEP), à Paris.
Entraînement de Virginie Dedieu et Benoit Beaufils, duo mixte de natation synchronisée, le 18 mars 2015 à l'Institut national du sport (INSEP), à Paris. (PHILIPPE MILLEREAU / DPPI MEDIA / AFP)