VIDEO. "Elle se moque de nous" : la colère d'une jeune femme filmée par "Marie s'infiltre" lors de la Marche des fiertés

L'actrice et humoriste a réalisé une vidéo sur la Marche des fiertés, au cours de laquelle elle se fait passer pour une militante de la Manif pour tous. Ce qui n'a pas plu à certaines personnes qui ont été filmées. 

Voir la vidéo

Elle évoque des "insultes homophobes", et dénonce une manipulation de ses propos. Jade, une jeune femme de 26 ans, a publié une longue série de messages largement partagés sur Twitter, mercredi 4 juillet. Elle y affirme avoir été filmée et interrogée à son insu par l'humoriste "Marie s'infiltre", lors de la Marche des fiertés, samedi 30 juin. 

La jeune actrice "Marie s'infiltre", connue pour ses micro-trottoirs humoristiques, a choisi de se faire passer pour une militante de la Manif pour tous lors de ce rassemblement. "Marie s'infiltre", munie d'une pancarte "La Manif pour tous soutient la Gay Pride", interpelle plusieurs manifestants, dont Jade. Cette dernière, refusant d'être suivie par la comédienne –dont elle ignorait alors l'identité– est partie en lui faisant un doigt d'honneur. 

Un ton "méprisant", "moqueur"

Contactée par franceinfo, Jade assure que "Marie s'infiltre" "est arrivée de manière assez agressive" près d'elle et de l'un de ses amis samedi, avec un ton "très méprisant et très moqueur". "Ça, on ne le voit pas dans la vidéo", poursuit-elle. "Elle a continué à insister, à vouloir nous parler, donc c’est là que j’ai commencé à lui dire mon ressenti." 

Le montage me fait passer pour une personne hystérique, agressive et complètement dans la haine, mais, en fait, on ne voit pas son arrivée, son insistance.

Jade

à franceinfo

Au-delà de son échange avec la comédienne, Jade dénonce les propos utilisés par "Marie s'infiltre" tout au long de la vidéo. Face à des manifestants, elle parle de "tantouzes", de "folles" ou encore de "grandes pédales". "Ce sont des insultes homophobes, c'est très violent pour les personnes qui les reçoivent", réagit Jade. Il y a une différence entre rire de et rire avec. Et là, elle se moque de nous, elle ne rit pas avec nous."

"J'étais très mal à l'aise"

Jointe par franceinfo, Alliage*, une personne non-binaire interrogée par "Marie s'infiltre", condamne également cette vidéo. Elle raconte que l'actrice a commencé à lui parler "de manière très familière". Alliage s'est ensuite rendu compte qu'une caméra filmait leur échange. "J'étais moins à l'aise, puis elle m'a posée une question très déplacée sur mes organes génitaux, relate cette manifestante. J'ai répondu alors que je n'avais pas à le faire. Je le regrette beaucoup." 

En découvrant la véritable identité de "Marie s'infiltre", Alliage a tenté de la contacter par e-mail après ce tournage. "J'avais deux conditions pour apparaître dans la vidéo. Que la vidéo ne soit pas homophobe ou transphobe, et que je ne sois pas ridiculisée", relate-t-elle, ajoutant qu'elle souhaitait voir la vidéo avant sa publication. Le producteur de l'humoriste lui a répondu, lui disant simplement de ne pas s'inquiéter. 

Cette vidéo est complètement homophobe et transphobe. J'étais très mal à l'aise quand je l'ai vue. J'avais la nausée. Mes explications, les violences que je subissais, tout a été coupé. Ce qui intéressait, c'était la blague sur la grosse b***.

Alliage*

à franceinfo

La vidéo supprimée sur Facebook, des visages floutés

Comme Alliage, Jade a elle aussi tenté d'entrer en contact avec la comédienne sur les réseaux sociaux. Elle assure avoir été bloquée par l'actrice sur Twitter, et n'avoir obtenu aucune réponse de sa part. 

Face aux accusations d'homophobie et de transphobie proférées par bon nombre d'internautes, l'actrice et humoriste a réagi, défendant le ton et l'humour de sa vidéo, expliquant qu'il s'agissait bien sûr d'une satire et qu'elle jouait un rôle. Dans un message publié sur Facebook, elle annonce la suppression prochaine de la vidéo. La jeune femme explique néanmoins que "la vidéo constitue à la fois une caricature grossière des comportements homophobes (et oui mes amis les tarlouzes) et traite avec humour l’exubérance inhérente à la Pride, sa liberté et son excentricité".

"Marie s'infiltre" réfute aussi les accusations de piège. "La vidéo était tournée en caméra visible", assure la jeune femme sur Facebook, contrairement aux affirmations de Jade. Contactés par franceinfo, "Marie s'infiltre" et son producteur n'ont pas souhaité réagir. 

Vendredi, la vidéo avait disparu de la page Facebook de "Marie s'infiltre". Elle était cependant toujours visible sur sa page YouTube, avec les visages d'Alliage et de Jade floutés. Mais pour cette dernière, la démarche est insuffisante. "Au final, la vidéo n’a pas été supprimée, elle est toujours en ligne, les personnes qui sont dedans sont toujours autant en danger, lance-t-elle. Et rien d’autre n’a été fait." 

*Le prénom de cette personne a été modifié à sa demande afin de préserver son anonymat. 

Capture d\'écran de la vidéo \"La Pride\" de l\'humoriste \"Marie s\'infiltre\", tournée lors de la Marche des fiertés à Paris, le 30 juin 2018. 
Capture d'écran de la vidéo "La Pride" de l'humoriste "Marie s'infiltre", tournée lors de la Marche des fiertés à Paris, le 30 juin 2018.  (MARIE S'INFILTRE / YOUTUBE)