Russie : une association LGBT dénonce un "enlèvement" après l'arrestation et l'incarcération de deux Tchétchènes

Salekh Magamadov et Ismaïl Issaïev ont été appréhendés par les forces de l'ordre jeudi à Nijni Novgorod, dans l'ouest de la Russie, et se sont retrouvés samedi dans un commissariat de la ville de Goudermes, en Tchétchénie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants d'Amnesty International devant l'embassade de Russie, à Paris, le 2 juin 2017. (AFP)

Le pays est réputé pour sa persécution des homosexuels. Une association russe de défense des droits LGBT a comparé à un "enlèvement", lundi 8 février, l'arrestation de deux hommes tchétchènes qui ont été transférés dans des conditions troubles en Tchétchénie. Salekh Magamadov et Ismaïl Issaïev ont été appréhendés par les forces de l'ordre jeudi à Nijni Novgorod, dans l'ouest de la Russie, et se sont retrouvés samedi dans un commissariat de la ville de Goudermes, en Tchétchénie, à 1 700 km de là.

Selon l'ONG LGBT Set, ils ont été incarcérés dans un centre de détention dans le district d'Ourous-Martan. L'avocat envoyé sur place par l'association, Mark Alekseïev, s'est rendu lundi dans cette prison mais s'être vu refuser l'accès à Ismaïl Issaïev et Salekh Magamadov. L'avocat Mark Alekseïev a également accusé les autorités d'avoir "délibérément diffusé de fausses informations sur le sort" des deux jeunes hommes.

D'après un proche collaborateur du président tchétchène Ramzan Kadyrov, les deux hommes auraient en effet "avoué avoir fourni une aide à un membre d'un groupe armé illégal" tué lors d'une opération des forces antiterroristes le 20 janvier. Mais selon Mark Alekseïev, "ces aveux ont très probablement été obtenus par le biais de menaces et de pressions".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.